BOUTIQUECONTACTASSISTANCE
Zone de recherche

AltasAuteursRecherche thématiqueDictionnaire

DEUTÉRIUM

En 1932, H. C. Urey, F. G. Brickwedde et G. M. Murphy mettent en évidence l'existence du deutérium, isotope de l'atome d'hydrogène, en analysant les raies du spectre de Balmer issues d'un résidu lourd de distillation fractionnée d'hydrogène liquide. Ces résultats furent confirmés la même année par W. Bleaknay à l'aide du spectrographe de masse.

Le deutérium est un isotope stable, de numéro atomique 1, de poids atomique 2, 014 102 u et de symbole D ou 21 H. Ce corps simple est présent dans la nature, on le retrouve ainsi dans l'air, l'eau et les molécules organiques. L'hydrogène contient en moyenne 0,0115  p. 100 de deutérium.

Comme l'hydrogène 1H, le deutérium existe à l'état de molécule diatomique. Le dideutérium (D2) est un gaz incolore, liquéfiable à 23,67 K (20,39 K pour la molécule de dihydrogène H2), avec un point triple à 18,72 K.

Un mélange gazeux de dihydrogène (H2) et de dideutérium (D2) conduit à un équilibre entre les trois espèces moléculaires possibles pour les atomes 11 H et 21 H : H2 (molécule de dihydrogène), D2 (molécule de dideutérium) et HD (molécule d'hydrure de deutérium). Cet équilibre isotopique est représenté par l'équation suivante : H2 + D2 ⇆ 2HD.

Tout comme le dihydrogène H2, le dideutérium D2 est constitué de deux formes allotropiques : l'orthodeutérium (molécule dont les deux spins nucléaires sont parallèles) et le paradeutérium (molécule présentant un couplage antiparallèle de spin).

Le dideutérium D2 peut être obtenu par électrolyse de l'eau lourde. On peut aussi le préparer directement par distillation du dihydrogène liquide H2. Ce dernier procédé de production met en œuvre une technologie de pointe (étanchéité absolue, expériences effectuées à basse température).

Une molécule de dioxyde de deutérium ou eau lourde D2O se compose d'un atome d'oxygène et de deux atomes de deutérium. Dans la nature, l'eau contient en moyenne 0,015  p. 100 d'eau lourde.

D2O est séparé de H2O par électrolyse de l'eau. Lors de cette opération, l'hydrogène léger se dégage be […]

1 2 3 4 5

… pour nos abonnés, l'article se prolonge sur  1 page…

 

Pour citer cet article

Akli HAMMADI, « DEUTÉRIUM  », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le  . URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/deuterium/

Classification thématique de cet article :

 

Offre essai 7 jours

« DEUTÉRIUM » est également traité dans :

ASTROCHIMIE

Écrit par :  David FOSSÉMaryvonne GERIN

Dans le chapitre "Glaces et formation d'étoiles : vers les molécules complexes"  : …  interstellaire en captant les espèces les plus abondantes, limitant ainsi la destruction des ions. *Dans les régions les plus opaques et les plus denses des nuages sombres, on observe en effet de nombreux ions moléculaires (N2H+ par exemple) et des molécules enrichies en deutérium (NH2D). Il s'agit à première vue d'… Lire la suite
HYDROGÈNE

Écrit par :  Paul HAGENMULLER

Dans le chapitre "Isotopes et formes allotropiques"  : …  (symbole H) léger, dont le noyau est formé uniquement d'un proton, est de loin le plus répandu. Le *deutérium (symbole D), dont le noyau contient également un neutron, n'existe qu'à un taux de 0,015 p. 100 dans l'hydrogène naturel. Le tritium (symbole T), dont le noyau contient un second neutron, est un isotope artificiel. Le deutérium est obtenu à… Lire la suite
JUPITER, planète

Écrit par :  André BOISCHOTAndré BRAHICDaniel GAUTIERGuy ISRAËLPierre THOMAS Universalis

Dans le chapitre " Structure de la planète"  : …  présentent un intérêt particulier du point de vue de la cosmologie : il s'agit de l'hélium et du *deutérium. En effet, la théorie du big bang prédit que ces deux gaz ont été fabriqués pour l'essentiel durant les trois premières minutes de l'existence de notre Univers. Ultérieurement, de l'hélium est en outre produit à l'intérieur des étoiles au… Lire la suite
MARS, planète

Écrit par :  Éric CHASSEFIÈREOlivier de GOURSACPhilippe MASSONFrancis ROCARD

Dans le chapitre " L'atmosphère"  : …  faible champ gravitationnel martien. La comparaison des abondances relatives de l'hydrogène et du *deutérium est d'un grand intérêt. L'atome de deutérium D est plus lourd et s'échappe moins facilement que l'atome H, et la mesure du rapport D/H fournit une estimation de la quantité d'hydrogène perdue par l'atmosphère depuis sa formation, donc de la… Lire la suite
MÉTÉORITES

Écrit par :  Mireille CHRISTOPHE MICHEL-LEVYPaul PELLAS

Dans le chapitre "L'hydrogène"  : …  Depuis 1979, des enrichissements considérables en *deutérium (D) ont été détectés dans certaines fractions de la matière organique des chondrites carbonées ainsi que dans certaines fractions organiques de la matrice de chondrites ordinaires non équilibrées (de type LL). La matière organique est classée en deux fractions : la fraction soluble (acides… Lire la suite
MOLÉCULE

Écrit par :  André JULG

Dans le chapitre "Propriétés chimiques des molécules"  : …  chimiques différentes. En fait, la différence n'est sensible que pour l'hydrogène et son isotope le *deutérium, deux fois plus lourd. L'énergie de vibration de la molécule D2 est en effet 2 fois plus petite que celle de la molécule H2. De toute façon, c'est bien la molécule telle que nous l'avons définie qui est responsable des… Lire la suite
NAINES BLANCHES

Écrit par :  Bernard PIRE

… problèmes les plus ardus concernant l'évolution des systèmes planétaires, à savoir la proportion de *deutérium (2H) présent. Le deutérium est en effet pratiquement indétectable sous forme atomique mais les molécules (comme l'eau lourde, 2H2O) contenant cet isotope présentent des raies spectrales caractéristiques qu'… Lire la suite
NUCLÉAIRE - Applications militaires

Écrit par :  Paul BOUÉThierry MASSARDFrançois OLIVE

Dans le chapitre "Matériaux fusibles"  : …  Les matériaux fusibles les plus intéressants sont les isotopes de masse 2 et 3 de l'hydrogène : le* deutérium et le tritium, puis l'isotope de masse 6 du lithium. Le tritium n'existe qu'à l'état de traces dans la nature et doit être fabriqué, alors que les deux autres corps existent, très dilués, à l'état naturel : il faut les concentrer pour les… Lire la suite
NUCLÉAIRE (PHYSIQUE) - Isotopes

Écrit par :  René BIMBOTRené LÉTOLLE

Dans le chapitre "Systèmes D/H et T/H"  : …  *Le système D/H intéresse surtout l'eau. Une relation simple a été trouvée pour les eaux météoriques entre les compositions isotopiques de l'oxygène et de l'hydrogène dans les systèmes en équilibre. La relation est plus complexe dans le cas de fractionnement cinétique sans obtention d'équilibre isotopique. Les milieux tampons riches en 18Lire la suite
PARTICULES ÉLÉMENTAIRES - Détecteurs de particules

Écrit par :  Pierre BAREYREJean-Pierre BATONGeorges CHARPAKMonique NEVEUBernard PIRE

Dans le chapitre "La chambre à bulles"  : …  cibles à l'état libre. Lorsqu'on veut étudier les chocs sur neutron, on remplace l'hydrogène par du *deutérium dont le noyau est composé d'un proton et d'un neutron. Ceux-ci étant faiblement liés entre eux, on peut considérer en première approximation le neutron comme libre. Le second type est celui dit des « chambres à liquide lourd ». Nous avons… Lire la suite
THERMONUCLÉAIRE ÉNERGIE

Écrit par :  Robert DAUTRAYPascal GARINMichel GRÉGOIREGuy LAVALJean-Paul WATTEAUJoseph WEISSE

Dans le chapitre "La maîtrise de la fusion sur Terre"  : …  de réaction σv pour les cinq réactions précédentes (fig. 2) montre clairement que c'est la *réaction deutérium-tritium qui sera la plus accessible. Le deutérium est abondant, puisque contenu largement dans l'eau de mer (33 g/m3), et de plus il est facilement extractible. Le tritium n'existe par contre qu'à l'état de traces, et… Lire la suite
UREY HAROLD CLAYTON (1893-1981)

Écrit par :  Georges KAYAS

… *Chimiste américain né à Walkerton (Indiana) et mort à La Jolla (Californie). Harold Clayton Urey commence sa carrière à Copenhague (1923-1924), où il prend part aux recherches de Niels Bohr sur la théorie de la structure de l'atome. Professeur associé à la Johns Hopkins University (Baltimore, 1924-1929), à Columbia University (1929-1945), puis à l'… Lire la suite
VÉNUS, planète

Écrit par :  Véronique ANSANÉric CHASSEFIÈREPhilippe MASSONFrancis ROCARD

Dans le chapitre "L'atmosphère"  : …  par échappement hydrodynamique en moins d'un demi-milliard d'années. La mesure de la quantité de *deutérium D, et donc du rapport D/H, fournit une estimation de la quantité d'hydrogène (donc d'eau) perdu par la planète dans la phase d'échappement thermique postérieure, car l'atome de deutérium, plus massif, s'échappe moins facilement que l'atome… Lire la suite

Afficher la liste complète (13 références)

 

Voir aussi

 

Accueil - Contact - Mentions légales
Consulter les articles d'Encyclopædia Universalis : 0-9 A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Consulter le dictionnaire de l'Encyclopædia Universalis
© 2016, Encyclopædia Universalis France. Tous droits de propriété industrielle et intellectuelle réservés.