BOUTIQUECONTACTASSISTANCE
Zone de recherche

AltasAuteursRecherche thématiqueDictionnaire

DÉFICIENCES MENTALES

Les déficiences mentales ont été reconnues médicalement depuis le début du xixe siècle. Esquirol distinguait l'idiot, qui a toujours été pauvre en intelligence, du dément, qui a perdu tous ses moyens intellectuels (cf. démence). Ce critère départageant processus de déperdition et pathologies originelles et chroniques a été conservé, mais d'autres catégories de déficiences sont apparues : les inhibitions intellectuelles, les troubles instrumentaux et les développements cognitifs dysharmoniques. Ces quatre catégories de déficiences ont en commun d'importantes difficultés à l'acquisition, à la conservation ou à la mise en œuvre des apprentissages, et des anomalies du développement ou de la décroissance de l'intelligence.

Les différentes déficiences mentales constituent un domaine important des maladies mentales. Elles sont fréquentes : en moyenne, 2 à 3 p. 100 de la population sont touchés. En France, elles touchent plusieurs millions de personnes. Elles sont rarement réversibles. Presque tous les enfants qui en sont atteints trouvent de grands avantages à suivre une scolarité tenant compte de leurs possibilités d'apprentissage, d'éducabilité et de scolarisation. Toutefois, leur insertion dans des classes banales pose des problèmes multiples, en particulier en raison, d'une part, de leur impossibilité de suivre le programme, et, d'autre part, de leur difficulté à accepter et comprendre les règles de la vie en société.

Le coût social des déficiences mentales est très lourd, tant sur le plan financier que sur celui des ressources institutionnelles et sociales mises en œuvre pour les accompagner, les protéger et leur venir en aide dès la petite enfance. La compréhension et la prise en charge de ces troubles nécessite de vastes connaissances médicales, une bonne familiarité avec les processus de développement psychologiques, et une bonne maîtrise de la psychopathologie. On commence seulement à savoir traiter et guérir quelques formes de ces maladies, mais le plus grand nombre d'entre elles demeure au-delà de toute ressource thérapeutique.

1.  

1 2 3 4 5

… pour nos abonnés, l'article se prolonge sur  6 pages…

Pour citer cet article

Bernard GIBELLO, « DÉFICIENCES MENTALES  », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le  . URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/deficiences-mentales/

Classification thématique de cet article :

 

Offre essai 7 jours

« DÉFICIENCES MENTALES » est également traité dans :

ALCOOLISME FŒTAL

Écrit par :  Chantal GUÉNIOT

…  touchant en particulier la face, parfois des malformations, notamment cardiaques, et un *retard mental. Cette fourchette très large souligne à quel point les conséquences fœtales de l'alcool restent méconnues et mal diagnostiquées, même dans leurs expressions les plus spectaculaires. La consommation d'alcool au cours de la grossesse serait la… Lire la suite
CHROMOSOMES - Le caryotype humain

Écrit par :  Jean-François MATTEIMarie-Geneviève MATTEIAnne MONCLA

Dans le chapitre "Les anomalies du nombre des autosomes"  : …  rencontrent dans 30 à 50 p. 100 des cas. Le canal atrio-ventriculaire est le type le plus habituel. *Le retard mental est constant et s'accentue avec l'âge. Le développement psychomoteur est ralenti dans son ensemble, les fonctions intellectuelles sont globalement atteintes avec dégression des facultés d'abstraction. Le quotient intellectuel dépasse… Lire la suite
MALADIES MENTALES

Écrit par :  Paul SIVADON Universalis

Dans le chapitre "Divers types de maladies mentales"  : …  à un niveau autorisant l'apprentissage de la propreté corporelle et du langage parlé. La *débilité mentale, de beaucoup la plus fréquente, correspond à un niveau où l'apprentissage de conduites sociales est possible et permet un certain degré d'autonomie (travail rémunéré par exemple). On dit qu'il y a démence lorsque les… Lire la suite
MANNONI MAUD (1923-1998)

Écrit par :  Alain VANIER

Dans le chapitre "Psychanalyste d'enfants"  : …  En s'intéressant, lors de son premier travail, à ce que la psychanalyse elle-même rejetait, *la débilité mentale – un certain niveau culturel étant exigé pour le traitement –, elle met au jour l'importance de la place de l'enfant dans le fantasme parental (L'Enfant arriéré et sa mère, 1964). Dès lors, la cure avec un enfant ne peut… Lire la suite
PSYCHIATRIE

Écrit par :  Jean AYMEFrançois CAROLIGeorges LANTERI-LAURAJean-Michel THURIN

Dans le chapitre "L'approche neurobiologique"  : …  L. Albert, paru en 1978). Les états d'arriération profonde relèvent surtout de la génétique, et *les états de débilité légère, dont la pathologie intrinsèque peut faire question, se trouvent plutôt en rapport avec la sociologie et avec la pédagogie. Nous devons cependant noter que, dans ces deux rubriques, les connaissances générales nous… Lire la suite

 

Voir aussi

 

Accueil - Contact - Mentions légales
Consulter les articles d'Encyclopædia Universalis : 0-9 A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Consulter le dictionnaire de l'Encyclopædia Universalis
© 2014, Encyclopædia Universalis France. Tous droits de propriété industrielle et intellectuelle réservés.

chargement du média