BOUTIQUECONTACTASSISTANCE
Zone de recherche

AltasAuteursRecherche thématiqueDictionnaire

DÉCHRISTIANISATION

Si, étymologiquement, le terme « déchristianisation » vise l'ensemble des confessions ou dénominations chrétiennes, il a d'abord pris sa signification dans le cadre d'un catholicisme dominant, s'auscultant et constatant, d'une part, l'arrêt de sa progression dans les civilisations industrielles, d'autre part, l'extension de sa récession dans les classes laborieuses : c'est ainsi qu'on parla tout d'abord de la « déchristianisation de la classe ouvrière » avant de s'interroger sur « l'éclipse du sacré dans la civilisation industrielle ». Mais en outre, ce phénomène de récession – d'abord observé dans l'aire occidentale – devient peu à peu de plus en plus observable à l'échelle mondiale : le christianisme, ou les christianismes, devenus religion dominante de la civilisation, apparaît ou apparaissent n'être devenus tels que pour avoir été la religion de la civilisation dominante. Le terme mis à la domination du ou des christianismes par les phénomènes contemporains de décolonisation, puis d'accession des États ou peuples du Tiers Monde à l'indépendance, tend en effet à s'accompagner sinon d'un refus, du moins d'une contestation du christianisme occidental : celui-ci se trouve alors relayé soit par des idéologies monolithiques comme en Chine, soit par des formes de conscience nationale réfractaire à toute pénétration missionnaire chrétienne comme aux Indes, soit par de multiples syncrétismes visant à intégrer les christianismes classiques dans des mouvements autochtones comme en Afrique sud-saharienne. D'autre part, les religions traditionnelles des peuples jusque-là colonisés – religions traditionnelles des paysanneries, islamisme, bouddhisme, etc. – sont vécues par ces peuples comme des éléments de leur propre identité ; elles se trouvent, de ce fait, réactivées et rendues d'autant moins pénétrables à une contagion chrétienne. Les théologies chrétiennes, après être passées de la croisade à la mission, passent ainsi de plus en plus de la mission au « dialogue » et entérinent elles-mêmes ce cou [...]

1 2 3 4 5

… pour nos abonnés, l'article se prolonge sur  6 pages…

 

Pour citer cet article

Henri DESROCHE, « DÉCHRISTIANISATION  », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le  . URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/dechristianisation/

Classification thématique de cet article :

  

Offre essai 7 jours

« DÉCHRISTIANISATION » est également traité dans :

CATHOLICISME - Le catholicisme contemporain

Écrit par :  Paul THIBAUD

paysans qui remplissent villes et banlieues, quelques peaux mortes tardant à se détacher. Cela ne méritait pas considération, car la sécularisation des sociétés modernes marginalisait nécessairement ces derniers signes d'adhérence – plus que d'adhésion – à l'Église des ancêtres. Les nostalgies finiraient bien par mourir ; la seule manière d'être… Lire la suite
CHRISTIANISATION

Écrit par :  Philippe BOUTRY

Dans le chapitre "Déchristianisation, sécularisation, exculturation"  : …  Ces interrogations parcourent également le champ de la déchristianisation. Le mot est plus récent et polémique : le verbe déchristianiser est attesté en français à la fin du xviiie siècle, mais ne fait son apparition dans le débat public que dans les années 1850, et le terme déchristianisation (1876)… Lire la suite
FRANCE (Histoire et institutions) - Le temps des révolutions

Écrit par :  Sylvain VENAYRE

Dans le chapitre "Les révolutions scientifiques"  : …  De ce point de vue, la diffusion du darwinisme en France sembla renforcer le mouvement plus général de déchristianisation de la société, entrepris depuis le xviiie siècle au moins. L'Église catholique en eut une claire conscience, qui condamna non seulement la théorie de l'… Lire la suite
MISSION DE FRANCE

Écrit par :  Universalis

Institution interdiocésaine créée, le 24 juillet 1941, par les cardinaux et archevêques de France. Dans la décennie qui avait précédé, l'épiscopat français avait en effet pris conscience de ce qu'on a appelé la déchristianisation : l'abandon de la pratique religieuse par un grand nombre de catholiques, spécialement dans certaines régions rurales et… Lire la suite
RAISON CULTE DE LA

Écrit par :  Jean DÉRENS

Depuis 1790, un culte civique s'était peu à peu esquissé au fil des grandes fêtes, telle la fête de la Fédération le 14 juillet 1790. Le culte de la Raison est un des caprices de ce culte civique que les révolutionnaires ont tenté d'établir d'une manière désordonnée jusqu'à la création du culte de l'Être Lire la suite
RELIGION - La sécularisation

Écrit par :  François-André ISAMBERT

pour désigner diverses modalités du recul religieux, des termes de laïcisation, de déchristianisation, de paganisation et de locutions comme extension de l'incroyance ou de l'irréligion. Ces termes, en particulier celui de déchristianisation dont abusa la sociologie religieuse (G. Le Bras, 1963) apparurent souvent trop… Lire la suite
RÉVOLUTION FRANÇAISE

Écrit par :  Jean-Clément MARTINMarc THIVOLET

Dans le chapitre "La course au pouvoir (1796-1798)"  : …  du Directoire est donc confortée in extremis par la répression qu'il dirige contre tous ses adversaires (royalistes, émigrés, prêtres). La lutte contre l'Église reprend, y compris contre l'Église constitutionnelle. Même le culte révolutionnaire de la théophilanthropie, lancé au début de 1797 par le directeur La Révellière-Lépeaux, se heurte à l'Lire la suite
SCIENCES - Science et christianisme

Écrit par :  Jacques ROGER

Dans le chapitre "La « guerre entre science et théologie »"  : …  La Révolution française et la vague de déchristianisation spontanée ou forcée qu'elle occasionna furent suivies dans toute l'Europe d'un renouveau religieux qui prit des formes particulières selon les pays et affecta plus ou moins la pensée scientifique. En Allemagne, ce fut la « Philosophie de la Nature », plus idéaliste… Lire la suite
SUHARD EMMANUEL, cardinal (1874-1949)

Écrit par :  Jean-François SIX

Archevêque de Paris de 1940 à 1949, fondateur de la Mission de France. Né en Mayenne, Emmanuel Suhard fait ses études au petit, puis au grand séminaire de son diocèse (Laval) mais les termine à Rome, où il est ordonné prêtre (1897). Il est nommé au grand séminaire de Laval, où il sera professeur de philosophie, puis de… Lire la suite

Afficher la liste complète (9 références)

  

Voir aussi

  

Accueil - Contact - Mentions légales
Consulter les articles d'Encyclopædia Universalis : 0-9 A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Consulter le dictionnaire de l'Encyclopædia Universalis
© 2017, Encyclopædia Universalis France. Tous droits de propriété industrielle et intellectuelle réservés.