BOUTIQUECONTACTASSISTANCE
Zone de recherche

AltasAuteursRecherche thématiqueDictionnaire

DACKO DAVID (1930-2003)

David Dacko fut le président de la République centrafricaine (R.C.A.) de 1960 à 1965 puis de 1979 à 1981.

David Dacko naît le 24 mars 1930 à Bouchia, en Afrique-Équatoriale française (auj. en R.C.A.). Il travaille un temps comme instituteur, puis occupe plusieurs postes au sein du gouvernement de Barthélemy Boganda, d'abord dans le cadre du territoire français de l'Oubangui puis, en 1958, de la République centrafricaine, autonome au sein de la Communauté française. Faisant valoir un lien familial, David Dacko succède au chef du gouvernement Boganda lorsque celui-ci meurt en 1959. David Dacko devient, en 1960, le premier président de la R.C.A. indépendante. Chef du parti unique (Mouvement de l'évolution sociale de l'Afrique noire), il est élu sans difficulté à la tête de l'État en 1962. Le président Dacko, qui concentre le pouvoir entre ses mains, se révèle cependant incapable de redresser la situation économique du pays, au bord de la faillite. Un coup d'État mené par le colonel Jean Bedel Bokassa le renverse dans la nuit du 31 décembre 1965 au 1er janvier 1966.

Après treize ans d'une dictature militaire durant laquelle le maréchal Bokassa se proclame empereur, David Dacko reprend le pouvoir, le 21 septembre 1979, avec l'aide de l'armée française. Il instaure à nouveau la République et autorise le multipartisme. Toutefois, peu après sa prise de fonctions, David Dacko échappe à une tentative d'assassinat, et des émeutes éclatent à Bangui. Il promulgue une nouvelle Constitution qui permet l'organisation d'une élection présidentielle, le 15 mars 1981. David Dacko est réélu dès le premier tour face à Ange-Félix Patassé. Mais il est accusé de fraude et la tension monte rapidement. Dès le 1er septembre 1981, David Dacko doit s'effacer devant une junte militaire et céder le pouvoir au général André Kolingba (1981-1993). Ensuite, il devient l'un des chefs de file de l'opposition au régime du président Patassé (1993-2003) et se présente, sans succès, aux scrutins présidentiels de 1993 et de 1999. David Dacko meurt le 20 novembre 2003 à Yaoundé, au Cameroun.

Universalis

Pour citer cet article

 E.U., « DACKO DAVID - (1930-2003)  », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le  . URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/david-dacko/

Classification thématique de cet article :

 

Offre essai 7 jours

« DACKO DAVID (1930-2003) » est également traité dans :

BOKASSA JEAN BEDEL (1921-1996)

Écrit par :  Bernard NANTET

(1962), dont il est nommé commandant en chef par son cousin, le président David Dacko (1964). Sa seule famille reste la chose militaire. Le « coup d'État de la Saint-Sylvestre », à Bangui (31 décembre 1965), n'est qu'une demi-surprise, car le rapprochement de Dacko avec la Chine populaire a fortement mécontenté la France,… Lire la suite
CENTRAFRICAINE RÉPUBLIQUE

Écrit par :  Apolline GAGLIARDIJean-Claude GAUTRONJean KOKIDEJean-Pierre MAGNANTRoland POURTIER

Dans le chapitre "L'après-Bokassa"  : …  La période de la présidence de David Dacko fut confuse : après la chute de la dictature, la population centrafricaine se prit à rêver de démocratie pluraliste et, quand il s'avéra que ni le nouveau pouvoir ni son tuteur français n'en voulaient, les quartiers populaires de Bangui ainsi que de nombreuses régions de la… Lire la suite

 

Accueil - Contact - Mentions légales
Consulter les articles d'Encyclopædia Universalis : 0-9 A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Consulter le dictionnaire de l'Encyclopædia Universalis
© 2017, Encyclopædia Universalis France. Tous droits de propriété industrielle et intellectuelle réservés.