BOUTIQUECONTACTASSISTANCE
Zone de recherche

AltasAuteursRecherche thématiqueDictionnaire

CORNEILLE (P.) (repères chronologiques)

6 juin 1606 Naissance de Pierre Corneille à Rouen.

1615-1622 Corneille fait ses études au collège des jésuites de Rouen, où il s'initie au théâtre.

1629 Mélite, première œuvre dramatique de Corneille. C'est une « pièce comique ».

1634 Médée, première tragédie. Comme toutes les pièces de Corneille jusqu'en 1647, elle est créée par la troupe de Mondory.

1635 L'Illusion comique.

1637 Au début de janvier, représentation du Cid, tragi-comédie. Le triomphe tourne vite à la polémique quant aux conceptions dramaturgiques de Corneille. La querelle du Cid ne s'apaisera qu'après 1639.

1640 Horace.

1641 Corneille épouse Marie de Lampérière. Création de Cinna.

14 mai 1643 Mort de Louis XIII.

1647 Le 22 janvier, Corneille est élu à l'Académie française.

1648-1653 Troubles de la Fronde.

1656 Traduction de l'Imitation de Jésus-Christ.

1660 Publication d'une édition revue et corrigée de ses œuvres. Chacun des trois volumes est précédé d'un Discours, en réponse aux critiques de l'abbé d'Aubignac dans sa Pratique du théâtre (1657).

1661-1715 Règne de Louis XIV.

1667 Racine connaît un grand succès avec Andromaque. Il s'en prendra bientôt au théâtre de Corneille dans sa préface à Britannicus (1670).

1670 Création à l'Hôtel de Bourgogne de Bérénice de Racine et, au Palais-Royal, de Tite et Bérénice de Corneille.

1674 Tandis que l'Iphigénie de Racine triomphe à la cour, Corneille fait jouer à l'Hôtel de Bourgogne sa dernière pièce, Suréna. La pièce est bientôt retirée, au profit d'Iphigénie. Corneille renonce définitivement au théâtre.

1682 Nouvelle édition des œuvres théâtrales, en quatre volumes.

1er octobre 1684 Mort de Pierre Corneille à Paris.

Jean-François PÉPIN

Pour citer cet article

PÉPIN, « CORNEILLE (P.) - (repères chronologiques)  », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le  . URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/corneille-reperes-chronologiques/

Classification thématique de cet article :

 

Offre essai 7 jours

« CORNEILLE PIERRE (1606-1684) » est également traité dans :

CORNEILLE (P.)

Écrit par :  Paul BÉNICHOU

Le théâtre cornélien est fait pour nous saisir et nous entraîner, au moyen d'exemples qu'il place à distance de nous et au-dessus de nos pouvoirs ordinaires, et qui cependant n'ont tout leur sens que par notre admiration. Étonnement et communion, mouvement de ce que nous sommes vers ce que le drame nous suggère d'être au-delà de nous-mêmes, tel… Lire la suite
LE CID, Pierre Corneille

Écrit par :  Christian BIET

D'abord joué en janvier 1637 sous la bannière de la tragi-comédie, Le Cid de Pierre Corneille (1606-1684) connaît immédiatement un grand succès au théâtre du Marais. La « Querelle du Cid » s'ouvre quelques semaines après la première représentation, en avril 1637, avec les Observations sur « Le Lire la suite
CINNA, Pierre Corneille

Écrit par :  Christian BIET

Après la querelle du Cid (1637) et un silence de trois années, Corneille (1606-1684) composa coup sur coup Horace et Cinna (dont les premières représentations eurent lieu en 1640 ou 1641), deux pièces romaines à fin heureuse. Il ne fit éditer Cinna qu'en 1642, pour… Lire la suite
HORACE, Pierre Corneille

Écrit par :  Christian BIET

On a coutume de lire Horace (joué en 1640 au théâtre du Marais, publié en 1641) et Cinna (probablement jouée en 1641 au théâtre du Marais, et publiée en 1643) comme des tragédies idéalisantes où se met en place un équilibre dramaturgique. L'ambition y est guidée par la volonté dans une voie vertueuse, vers… Lire la suite
L'ILLUSION COMIQUE, Pierre Corneille

Écrit par :  Christian BIET

Comment défendre le théâtre et les comédiens au moyen du théâtre ? Comment, lorsqu'on est Pierre Corneille (1606-1684), poète dramatique de bientôt trente ans, déjà assez connu à Paris, auteur d'une tragi-comédie (Clitandre, 1631), de quatre comédies (Mélite, 1629-1630 ; Lire la suite
POLYEUCTE MARTYR, Pierre Corneille

Écrit par :  Christian BIET

Créé au théâtre du Marais en 1643, Polyeucte martyr est la première tragédie chrétienne de Pierre Corneille (1606-1684). Suivra Théodore, vierge et martyre, la seconde et dernière, en 1646. Le genre de la tragédie de saints et de martyrs, dans les années 1640, donne lieu à de nombreuses réalisations (Rotrou… Lire la suite
SURÉNA, Pierre Corneille

Écrit par :  Christian BIET

Dernière tragédie de Corneille (1606-1684), Suréna (1674) ne connut pas le succès à son époque : on ne voulut pas l'entendre et l'on croyait l'auteur trop vieux et dépassé. Pourtant, cette tragédie, longtemps oubliée, passe depuis peu pour un chef-d'œuvre. Le conflit de l'amour et du pouvoir La pièce commence à la veille du… Lire la suite
TROIS DISCOURS SUR LE POÈME DRAMATIQUE, Pierre Corneille

Écrit par :  Christian BIET

Pierre Corneille (1606-1684) est peut-être le premier, en France, à se distinguer clairement de l' auteur employé-au-texte comme de l'auteur chef de troupe : il devient en effet l'« auteur dramatique » et, pour ce faire, établit sa légitimité sur plusieurs fronts. Pour s'affranchir du pouvoir des comédiens, il publie de plus en plus rapidement ses… Lire la suite
AUBIGNAC FRANÇOIS HÉDELIN abbé d' (1604-1676)

Écrit par :  Bernard CROQUETTE

L'un de ces abbés qui tiennent tant de place dans l'histoire de la littérature — et des théories littéraires — au xviie siècle. Il a été prédicateur, romancier, dramaturge, poète, mais il a surtout voulu être, quant à lui, le législateur du théâtre. En 1640, une querelle l'oppose à Ménage à propos de… Lire la suite
CID LE

Écrit par :  Charles Vincent AUBRUN

Dans le chapitre "Le Cid du théâtre et de la légende"  : …  l'amour et l'honneur chez Rodrigue aussi bien que chez Chimène. Corneille, peu de temps après, lisait la pièce et la refaisait. Éliminant les épisodes romanesques tels que la prophétie du lépreux et l'ordalie, il donne à l'intrigue une portée éthico-morale. En effet, il se propose de fixer une seule échelle de valeurs convenant aux sentiments… Lire la suite
CLÉMENCE, littérature

Écrit par :  Jean MASSIN

Décidant en dernier recours du sort d'un condamné, le prince a toujours la partie belle ; s'il laisse faire son office au bourreau, on s'incline devant sa justice et on célèbre son obéissance, peut-être douloureuse, au devoir et à la raison d'État ; s'il fait grâce, on soupçonne parfois avec admiration une arrière-pensée de profond politique et on… Lire la suite
COMÉDIE

Écrit par :  Robert ABIRACHED

Dans le chapitre "L'entrée en littérature"  : …  , de vocations d'auteurs dramatiques, de Rotrou à Scarron et de Boisrobert à Quinault. De 1630 à 1635, Corneille donne six comédies qui intronisent cette forme avec éclat dans l'univers de la littérature : conformes, pour l'essentiel, aux règles nouvelles, elles proposent un modèle de haute tenue littéraire, mais qui use des conventions… Lire la suite
CORNEILLE THOMAS (1625-1709)

Écrit par :  Jean MARMIER

À la fois bénéficiaire et victime de la gloire de son « grand » frère, Thomas Corneille s'applique, semble-t-il, à le suivre en tout point, de loin, avec vénération et, plus encore, avec une indéfectible et chaude affection, d'ailleurs réciproque. Né à Rouen, dix-neuf ans après lui, il étudie le droit comme lui, pour se tourner aussitôt vers le… Lire la suite
IMBROGLIO

Écrit par :  Denise BRAHIMI

Mot d'origine italienne qui n'est guère attesté en France qu'à la fin du xviie siècle. Il signifie « embrouille » et il semble surtout employé pour désigner certaines pièces de théâtre dont l'intrigue est d'une particulière complexité. Le plaisir du public consiste à résoudre l'énigme, au terme de… Lire la suite
PRÉCIOSITÉ

Écrit par :  Roger LATHUILLÈRE

Dans le chapitre "Le vrai visage de la préciosité"  : …  ; on a même pu dire que cette publication fut un manifeste des précieux. Mais c'est à Corneille que revient la première place ; selon Somaize, il est le héros des précieuses ; on admire ses petits vers dans les salons et il a collaboré au Recueil de Sercy ; les ruelles ne font pas de distinction entre l'idéal qu'il leur propose… Lire la suite
RUIZ DE ALARCÓN JUAN (1580 env.-1639)

Écrit par :  Bernard SESÉ

Dans le chapitre "L'œuvre"  : …  sans cesse ; prisonnier de ses mensonges, sa punition sera de ne pouvoir épouser la femme qu'il aime et de se marier avec celle qu'il n'aime pas. Corneille, dans Le Menteur (1643), inspiré par la comédie d'Alarcón, lui donne un dénouement moins austère : « Pour moi, écrit Corneille dans son Examen du Menteur, j'ai trouvé cette manière de… Lire la suite
SCUDÉRY GEORGES DE (1601-1667)

Écrit par :  Bernard CROQUETTE

Il n'est pas seulement le frère (et le collaborateur) de Madeleine, ou le matamore des lettres qu'on s'est plu à ridiculiser : c'est aussi un poète et un dramaturge apprécié de ses contemporains. Il quitte en 1630 une carrière militaire illustrée par cette retraite au pas de Suse qu'il vantera toute sa vie comme un exploit (… Lire la suite
THÉÂTRE OCCIDENTAL - Histoire

Écrit par :  Robert PIGNARRE

Dans le chapitre "Le classicisme français"  : …  Les édits royaux de 1641, en réfrénant la grossièreté licencieuse qui sévissait encore sur la scène, assurèrent au théâtre ses lettres de noblesse. Corneille, par la voix du Magicien de l'Illusion Comique (1635) avait salué cette promotion… Lire la suite
THÉÂTRE OCCIDENTAL - La dramaturgie

Écrit par :  Christian BIETHélène KUNTZ

Dans le chapitre "Espace de sociabilité et illusion discontinue"  : …  est pas véritablement assuré dans ces années-là, l'adaptation de l'édifice théâtral au principe de l'illusion est, en effet, loin d'être réelle. Si Corneille postule que la scène et la salle sont deux espaces hétérogènes (sortir de la grotte d'Alcandre, dans L'Illusion comique, c'est prendre le risque de mourir), on sait bien qu'au xviiLire la suite
THÉÂTRE OCCIDENTAL - L'interprétation des classiques

Écrit par :  Christian BIET

Dans le chapitre "Corneille, enjeu majeur"  : …  C'est autour de la figure de Corneille que se sont concentrés les enjeux majeurs en matière de répertoire classique, avant même d'entraîner les auteurs baroques, puis Racine, dans son sillage… Lire la suite
TRAGÉDIE

Écrit par :  Bernard DORTJacques MORELJean-Pierre VERNANT

Dans le chapitre "Genèse et évolution"  : …  L'âge de Corneille substitue à ces hésitations entre la violence débridée et les déguisements tragi-comiques une conception authentiquement tragique du drame, où les héros ne parviennent à leur pleine expression que moyennant le renoncement à tout ce qui paraissait devoir assurer leur bonheur. Ce néo-… Lire la suite
UNITÉS RÈGLE DES TROIS, histoire littéraire

Écrit par :  Jean MARMIER

Observées dans certaines tragédies du xvie siècle, les unités d'action, de temps et de lieu sont posées comme règle par Jean de La Taille (1572), sous l'influence de la Poétique de Castelvetro (1570), qui emprunte les deux premières à Lire la suite
VERTU

Écrit par :  Baldine SAINT GIRONS

Dans le chapitre "Agonistique de la vertu"  : …  nous dit Kierkegaard, « on croirait un scribe qui a perdu son âme dans la comptabilité en partie double, tant il est méticuleux ». Nous sommes là bien loin de cette forme glorieuse et ostentatoire du sublime qu'on trouve chez un Corneille ; loin que l'homme ait à s'effacer pour faire triompher la vertu, c'est la vertu elle-même qui pour CinnaLire la suite
VRAISEMBLABLE, esthétique

Écrit par :  Bernard CROQUETTE

La règle de la vraisemblance — l'une des plus importantes et des plus générales de la doctrine classique — trouve sa source dans la Poétique d'Aristote : « Il est évident que l'œuvre du poète n'est pas de dire ce qui est arrivé, mais ce qui aurait pu arriver, ce qui était possible selon la nécessité ou la… Lire la suite

Afficher la liste complète (24 références)

 

Accueil - Contact - Mentions légales
Consulter les articles d'Encyclopædia Universalis : 0-9 A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Consulter le dictionnaire de l'Encyclopædia Universalis
© 2017, Encyclopædia Universalis France. Tous droits de propriété industrielle et intellectuelle réservés.