BOUTIQUECONTACTASSISTANCE
Zone de recherche

AltasAuteursRecherche thématiqueDictionnaire

COQUELUCHE

La coqueluche est une maladie infectieuse, endémo-épidémique, immunisante, caractérisée cliniquement par des quintes de toux spasmodique ; elle est due à un microbe spécifique, le bacille de Bordet-Gengou ou Bordetella pertussis. Si la coqueluche peut être reproduite expérimentalement chez certains animaux, elle n'en reste pas moins, dans les conditions naturelles, une maladie strictement limitée à l'espèce humaine. Elle figure encore parmi les plus redoutables maladies infectieuses de l'enfant, malgré les progrès de la thérapeutique et de la prophylaxie.

1.  Historique

La coqueluche semble très anciennement connue, car certaines descriptions d'Hippocrate et d'Avicenne paraissent bien s'appliquer à elle. Cependant, la première description clinique authentique reste celle de Guillaume Baillou en 1578. Ultérieurement, Sydenham en 1679, puis Willis en 1682 individualisent la maladie dont de nombreuses épidémies furent décrites en Europe durant les xviiie et xixe siècles. Les observations de Rilliet et Barthez, de Guéneau de Mussy, de Trousseau, de Dieulafoy sont restées classiques. En 1906, Bordet et Gengou isolèrent le microbe responsable. La maladie fut reproduite pour la première fois en 1908 par Klimenko chez le singe et chez le chien. Les antibiotiques ont amélioré le pronostic de la coqueluche dont les complications pulmonaires et cérébrales entraînaient une lourde mortalité infantile. Enfin, depuis quelques décennies, la vaccination constitue un progrès remarquable dans la prévention de cette infection. En 1950, en France, la maladie coquelucheuse provoquait une cinquantaine de décès par an. Mais, depuis la mise en œuvre de la vaccination (1966), la mortalité a progressivement baissé. La déclaration de la maladie a cessé d'être obligatoire en 1986. Cependant, sa réapparition dans les années 1990 a entraîné la création du centre national de référence de l'Institut Pasteur, ainsi que du réseau de surveillance Renacoq.

Il a été constaté que la contagion était désormais de préférence verticale (adulte-enfant) et non horizontale (enfant-enfant). Des formes atypiques existent en effet chez l'adulte.

C'est pourquoi la vaccination de personnes en contact avec de très jeunes enfants (dont les parents) a été recommandée (déc. 2006) parallèlement à la vaccination des nourrissons.

[...]
1 2 3 4 5

… pour nos abonnés, l'article se prolonge sur  2 pages…

 

Pour citer cet article

Henri-Hubert MOLLARET, « COQUELUCHE  », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le  . URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/coqueluche/

Classification thématique de cet article :

  

Offre essai 7 jours

« COQUELUCHE » est également traité dans :

ÉPIDÉMIES

Écrit par :  Jacqueline BROSSOLLETGeorges DUBYUniversalisGabriel GACHELINJean-Louis MIÈGE

Dans le chapitre "En Europe"  : …  La coqueluche – le « tac » ou le « horion » – sévit de façon épidémique au xvie et au xviie siècle surtout. En juin 1580, elle frappa 10 000 personnes à Paris et « persécuta quasi tout le royaume de France tant que l'année dura, n'… Lire la suite
NUCLÉOTIDES CYCLIQUES

Écrit par :  Jacques HANOUNE

Dans le chapitre "Pathologie"  : …  E. coli ; dans ces deux cas, l'activation du système cyclasique des cellules de la muqueuse intestinale cause une forte augmentation de la sécrétion hydrosaline. Les manifestations cliniques de la coqueluche et de l'anthrax sont directement liées à la sécrétion d'une adénylyl cyclase par Bordetella pertussis et Bacillus anthracisLire la suite
TOXINES

Écrit par :  Joseph ALOUFMichel BARBIER

Dans le chapitre "Protéines monocaténaires"  : …  infra), est une protéine sécrétée par les souches virulentes du bacille coquelucheux. Elle possède une activité adénylcyclase stimulée par la calmoduline et une activité hémolytique calcium-dépendante. Elle possède en outre une activité invasive, c'est-à-dire qu'elle peut pénétrer dans plusieurs types de cellules eucaryotes et y… Lire la suite
VACCINATION

Écrit par :  Chantal GUÉNIOT

Dans le chapitre "La vaccination « altruiste »"  : …  Le cas de la coqueluche est tout aussi représentatif. Maladie bénigne chez l'adulte et le grand enfant, la coqueluche peut entraîner des complications gravissimes chez les bébés de moins de six mois. Après une raréfaction des décès par coqueluche, grâce à une bonne couverture vaccinale, des épidémies ont fait leur réapparition, liées à une… Lire la suite
VACCINATION (STATUT JURIDIQUE)

Écrit par :  Chantal GUÉNIOT

Dans le chapitre "Une offensive antivaccinale contredite par les faits"  : …  rubéole a pratiquement supprimé la rubéole congénitale et maintenir une bonne couverture vaccinale contre la coqueluche est essentiel pour prévenir la survenue de cas souvent gravissimes chez le nourrisson. Aux États-Unis, l’incidence des maladies à prévention vaccinale a chuté de presque 100 p. 100 durant le xxe siècle,… Lire la suite

  

Voir aussi

  

Accueil - Contact - Mentions légales
Consulter les articles d'Encyclopædia Universalis : 0-9 A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Consulter le dictionnaire de l'Encyclopædia Universalis
© 2017, Encyclopædia Universalis France. Tous droits de propriété industrielle et intellectuelle réservés.