BOUTIQUECONTACTASSISTANCE
Zone de recherche

AltasAuteursRecherche thématiqueDictionnaire

CHROMOSOMES Le caryotype humain

Le fait que les chromosomes d'une cellule soient porteurs des gènes qui contrôlent son activité biologique ressort des travaux de T. H. Morgan sur la drosophile. Ils ont été développés par une pléiade de chercheurs qui ont étendu à maintes espèces, et plus spécialement à l'homme, la méthode de l'analyse cytologique de l'équipement chromosomique, c'est-à-dire du caryotype.

Avant 1970, les techniques d'étude du caryotype avaient pour résultat une coloration uniforme des chromosomes si bien que leur longueur et l'indice centromérique étaient les seuls caractères permettant de les classer, avec une précision toute relative. À la suite de la description entre 1959 et 1965 des anomalies numériques les plus fréquentes et des anomalies de structure les plus importantes, les possibilités de progrès se trouvaient limitées par l'insuffisance des moyens d'analyse. La mise au point, en 1970, de nouvelles méthodes d'identification a permis une beaucoup plus grande précision dans la description des chromosomes et de leurs anomalies. Depuis cette époque, les acquisitions de la cytogénétique humaine moderne peuvent être regroupées sous trois grandes rubriques : applications des techniques de marquage chromosomique, rôle des anomalies chromosomiques dans les échecs de la reproduction, et enfin diagnostic prénatal.

– Les techniques de marquage, qui font appel à divers traitements physico-chimiques, ont pour effet de mettre en évidence une succession de bandes plus ou moins colorées selon une séquence propre non seulement à chaque chromosome mais encore à chaque segment chromosomique. Selon la technique employée, telle ou telle partie du chromosome est plus ou moins bien marquée, ce qui permet une analyse structurale fine. On est dès lors parvenu à identifier de nouvelles anomalies chromosomiques jusque-là méconnues et responsables de syndromes malformatifs avec atteinte cérébrale sévère. Cette précision diagnostique accrue constitue un progrès considérable, car elle permet désormais de rattacher ces maladies à leur cause et débouche sur u [...]

1 2 3 4 5

… pour nos abonnés, l'article se prolonge sur  6 pages…

 

Pour citer cet article

MONCLA, MATTEI, MATTEI, « CHROMOSOMES - Le caryotype humain  », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le  . URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/chromosomes-le-caryotype-humain/

Classification thématique de cet article :

  

Offre essai 7 jours

« CHROMOSOMES » est également traité dans :

CHROMOSOMES - Le chromosome des eucaryotes

Écrit par :  Denise ZICKLER

Définie chez les eucaryotes, la dénomination de chromosome a été étendue au cours des dernières années à l'ensemble des structures porteuses d'information génétique : la molécule d' ADN ou d' ARN des procaryotes (bactéries) et des virus ; l'ADN mitochondrial et chloroplastique et les plasmides bactériens (fragment d'ADN extrachromosomique se… Lire la suite
CHROMOSOMES - La mitose

Écrit par :  Nina FAVARD

L'aphorisme omnis cellula e cellula (« toute cellule est issue d'une autre cellule ») a permis aux biologistes de comprendre que, au cours des générations cellulaires successives, la transmission de l'information génétique obéissait à des mécanismes… Lire la suite
CHROMOSOMES - La méiose

Écrit par :  Marguerite PICARDDenise ZICKLER

La reproduction d'un être vivant peut s'effectuer selon deux voies. L'une, dite végétative, constitue la voie de reproduction conforme de l'organisme ou d'une partie de celui-ci, qui peut être représentée par une seule cellule. L'autre voie, dite sexuée, permet la réunion (par fusion de cellules spécialisées… Lire la suite
CHROMOSOMES ET GÉNÉTIQUE

Écrit par :  Nicolas CHEVASSUS-au-LOUIS

Pour étudier les mécanismes de l' hérédité , le généticien américain Thomas H. Morgan (1866-1945) choisit de travailler sur la mouche du vinaigre (drosophile). Alors que la drosophile possède normalement des yeux rouges, Morgan remarque certains individus aux yeux blancs. Ce caractère n'étant observé que chez les mâles, il avance que le facteur… Lire la suite
ADN (acide désoxyribonucléique) ou DNA (deoxyribonucleic acid)

Écrit par :  Michel DUGUETMichel MORANGE

Dans le chapitre "Organisation de la chromatine"  : …  (de condensation) de l'ADN dans la chromatine. On sait qu'après la mitose les chromosomes bien visibles au microscope semblent disparaître complètement : en fait, la chromatine est toujours présente, mais sous une forme décondensée qui lui permet d'exprimer le programme cellulaire. Un pas décisif dans la compréhension de la structure… Lire la suite
ANIMAUX MODES DE REPRODUCTION DES

Écrit par :  Catherine ZILLER

Dans le chapitre "Expression physique du sexe : sexualisation"  : …  Le sexe génétique d'un animal est fixé dès la fécondation, il se manifeste dans la formule chromosomique de chaque cellule de l'organisme. La différence porte sur une seule paire de chromosomes, dits chromosomes sexuels ou hétérochromosomes. Ainsi, chez l'homme, la formule mâle est 44 + XY, la formule femelle 44 + XX, les chromosomes sexuels ou… Lire la suite
ANTIBIOTIQUES

Écrit par :  Patrice COURVALINFrançois DENIS E.U.Marie-Cécile PLOYMichel PRIVAT DE GARILHEPatrick TRIEU-CUOT

Dans le chapitre "Résistance par mutation chromosomique"  : …  La résistance bactérienne par mutation chromosomique est la conséquence d'un changement de structures cellulaires existantes qui rend la cellule imperméable à un ou plusieurs antibiotiques ou encore rend leurs cibles spécifiques pariétales (protéines liant la pénicilline, par exemple) ou intracellulaires (ARN polymérase, ADN gyrase, ribosomes...)… Lire la suite
BACTÉRIES

Écrit par :  Jean-Michel ALONSOJacques BEJOTPatrick FORTERRE

Dans le chapitre "Structure anatomique des bactéries"  : …  Le génome bactérien est généralement formé par un unique filament d'acide désoxyribonucléique circulaire (chromosome). Certaines bactéries ont toutefois un chromosome linéaire et quelques unes peuvent abriter plusieurs chromosomes circulaires. La taille des génomes bactériens varie de 160 000 paires de bases (160 kilobases) pour… Lire la suite
CARACTÈRES, biologie

Écrit par :  Didier LAVERGNE

En systématique, on utilise le terme « caractère » dans le sens de « caractéristique », en vue de la classification des êtres vivants, pour permettre une recension de leurs particularités. Celles-ci peuvent être qualitatives (couleur des cheveux ou du plumage) ou quantitatives (dimensions du corps et de ses… Lire la suite
CELLULE - L'organisation

Écrit par :  Pierre FAVARD

Dans le chapitre "Cellule animale"  : …  de 10 nm de diamètre appelés nucléofilaments qui, dans les fibroblastes en cours de reproduction, deviendront les chromosomes, organites portant l'essentiel de l'information cellulaire car ils contiennent de l'ADN. Chez l'homme, les chromosomes sont au nombre de 46. Chaque chromosome est constitué d'une molécule d'ADN linéaire à laquelle sont… Lire la suite
CELLULE - La division

Écrit par :  Marguerite PICARD

la même information génétique, représentée ici par un seul chromosome, qui est une molécule d'ADN circulaire. La situation des cellules eucaryotes est plus complexe. Leur noyau renferme la majorité de l'information génétique sous forme de deux à plusieurs dizaines de chromosomes, chacun pouvant… Lire la suite
CHROMOSOME PHILADELPHIE

Écrit par :  Laurent DEGOS

L'anomalie chromosomique dénommée chromosome Philadelphie (ou chromosome Ph1), en raison de sa découverte dans cette ville par Nowell et Hungerford en 1960, représente une amputation au niveau du bras long du chromosome 22, approximativement en son milieu. Il s'agit en fait d'un défaut plus complexe puisque la partie ainsi amputée est retrouvée sur… Lire la suite
CYTOGÉNÉTIQUE MOLÉCULAIRE

Écrit par :  Simone GILGENKRANTZ

Avec les techniques de haute résolution, acquises dans les années 1980, sur des chromosomes très étirés au stade de prométaphase, la distinction des micro-bandes de ces derniers (correspondant biochimiquement à des valeurs de 1,5 × 106 paires de bases) atteignit la limite des méthodes d'exploration conventionnelle. Durant… Lire la suite
CYTOMÉTRIE EN FLUX

Écrit par :  José PIERREZXavier RONOT

Dans le chapitre "Applications"  : …  Caryotype en flux. La mise en suspension des chromosomes (après blocage des cellules en métaphase de la mitose) permet d'obtenir une suspension de chromosomes analysables, après coloration spécifique. Le caryotype en flux a deux finalités : la mise en évidence du polymorphisme de certains chromosomes (1, 9, 16 ou Y chez l'homme… Lire la suite
DÉLÉTION, génétique

Écrit par :  Didier LAVERGNE

Déficit constitutionnel intéressant soit un chromosome, soit un gène dudit chromosome. Il produit une information génétique tronquée. Celle-ci peut entraîner la synthèse de protéines anormales, dites elles-mêmes, par extension, protéines délétées… Lire la suite
DÉVELOPPEMENT (biologie) - Le développement animal

Écrit par :  Marc-Yves FISZMANThomas HEAMSLieba LAZARDAndras PALDIAlain PRIVATPatricia SIMPSON

Dans le chapitre "Fonctions des gènes homéotiques"  : …  Non seulement ces gènes sont très similaires dans les différentes espèces, mais la succession des gènes sur le chromosome a aussi été conservée. De plus, l'ordre des gènes sur le chromosome suit l'ordre dans lequel ils sont exprimés le long de l'axe antéro-postérieur de l'embryon. Ainsi, le gène labial est exprimé dans le… Lire la suite
DÉVELOPPEMENT (biologie) - Le développement humain

Écrit par :  Jacques-Michel ROBERT

Dans le chapitre "Les dysplasies de la forme ou morphodysplasies"  : …  b) soit l'anomalie vient d'une aberration « visible » d'un ou de plusieurs chromosomes, et le caryotype est indispensable pour caractériser cette anomalie. S'il montre un chromosome en triple exemplaire (au lieu normalement d'être en double exemplaire), c'est une trisomie. Lorsqu'elle porte sur le chromosome 21, il s'agit d'une… Lire la suite
DIMORPHISME

Écrit par :  Andrée TÉTRY

Existence de deux formes distinctes pour une même espèce, animale ou végétale. Le dimorphisme représente un cas particulier du polymorphisme. Il affecte différents caractères et se présente sous divers aspects… Lire la suite
ÉLEVAGE

Écrit par :  André FELLouis-Marie HOUDEBINE

Dans le chapitre "La manipulation globale des génomes"  : …  Les méthodes qui consistent à perturber le nombre de chromosomes des animaux ne peuvent être appliquées qu'aux invertébrés ou aux vertébrés inférieurs car, chez les mammifères, elles se traduisent le plus souvent par des dérèglements biologiques profonds… Lire la suite
ÉPIGÉNÉTIQUE

Écrit par :  Pierre-Antoine DEFOSSEZOlivier KIRSHIkrame NACIRI

Dans le chapitre "L’inactivation d’un chromosome X"  : …  Chez les mammifères, la femelle possède deux chromosomes X, mais seulement un seul est actif. Le deuxième est inactivé de manière épigénétique. Cette inactivation d’un chromosome entier a été le premier phénomène épigénétique d’importance identifié au début des années 1970 par la généticienne britannique Mary F. Lyon. Cette inactivation est assurée… Lire la suite
GAMÈTES

Écrit par :  Michel FAVRE-DUCHARTREJacques TESTART

Par la méiose, le gonocyte, qui était diploïde, c’est-à-dire contenait deux lots de chromosomes, hérités l'un du père, l'autre de la mère, transmettra à chacune de ses deux cellules filles, un nombre haploïde de chromosomes, dont l’origine paternelle ou maternelle est aléatoire. Ainsi le gamète dispose d'un génome absolument nouveau et imprévisible… Lire la suite
GÈNES, biologie

Écrit par :  Pierre SONIGO

Dans le chapitre "Du gène à l'ADN chromosomique"  : …  Dans les années 1910, les travaux de Thomas H. Morgan sur la mouche du vinaigre (drosophile) montrèrent que des modifications précisément localisées sur les chromosomes peuvent être associées aux caractères. La position de chaque modification est appelée locus chromosomique. Les chromosomes se présentent comme des bâtonnets… Lire la suite
GÉNÉTIQUE

Écrit par :  Axel KAHNPhilippe L'HÉRITIERMarguerite PICARD

Dans le chapitre "Les remaniements chromosomiques"  : …  Une mutation chromosomique comporte deux étapes : la première est la production de ruptures de continuité dans un ou plusieurs des chromosomes, la seconde est le recollement des segments isolés par ces cassures. Ce recollement conduit éventuellement à la production de chromosomes remaniés, dont les différents segments ne sont… Lire la suite
GÉNOMIQUE - Théorie et applications

Écrit par :  Louis-Marie HOUDEBINE

Dans le chapitre "La cartographie génétique des génomes"  : …  ni indication particulière. La cartographie des génomes consiste à situer, le long des chromosomes, des séquences d'ADN connues. Celles-ci ne sont le plus souvent pas choisies particulièrement en fonction des informations génétiques qu'elles contiennent. Il est au contraire apparu plus judicieux de localiser des centaines ou des milliers de… Lire la suite
GÉNOMIQUE - Le séquençage des génomes

Écrit par :  Bertrand JORDAN

Dans le chapitre "Séquence « brouillon », séquence « finie » et coûts"  : …  à 1 dollar par base. La séquence de la levure, celle du nématode, de la drosophile et des chromosomes humains 21 et 22 ont été déterminées à ce standard. Cela représente un investissement important, puisque, avec les chiffres indiqués, les 36 mégabases du chromosome 22 ont dû coûter environ 300 millions de francs des dernières années du… Lire la suite
GÉNOMIQUE - Les fusions cellulaires

Écrit par :  Georges BARSKIMarc FELLOUSFrance LATRON

très différentes : l'une d'elles possédait un caryotype composé de nombreux chromosomes « marqueurs » à deux bras, inhabituels pour la souris, et était dépourvue de propriétés tumorigènes ; l'autre, ayant un caryotype assez proche de la normale, à l'exception d'un chromosome marqueur extra-long, était hautement maligne. De plus, les deux souches… Lire la suite
GÉNOMIQUE - La transgenèse

Écrit par :  Pascale BRIAND

Dans le chapitre "Cartographie des chromosomes"  : …  L'analyse de l'organisation des gènes sur les chromosomes se fait de proche en proche à partir de marqueurs connus. Mais il existe des régions chromosomiques riches en régions très répétitives et pour lesquelles aucun marqueur n'est connu. Si un transgène s'intègre dans ces régions, il constitue un marqueur chromosomique de celles-ci. Ainsi, un… Lire la suite
GÉNOMIQUE - Génome artificiel

Écrit par :  Gabriel GACHELIN

Dans le chapitre "La synthèse chimique de petits fragments d'ADN"  : …  dans le cas le plus général. Les gènes, alignés le long de la molécule d'ADN des chromosomes, sont des séquences issues de l'assemblage de quatre bases azotées : l'adénine (A), la cytosine (C), la guanine (G) et la thymine (T). L'ordre dans lequel ces bases (on parle plus volontiers de nucléotides) apparaissent le long de la séquence d'un… Lire la suite
HÉRÉDITÉ

Écrit par :  Charles BABINETLuisa DANDOLOJean GAYONSimone GILGENKRANTZ

Dans le chapitre "Identification de régions chromosomiques non équivalentes"  : …  ont également permis de montrer la complémentarité des génomes paternel et maternel. Il est possible, en croisant des lignées de souris porteuses de certains remaniements chromosomiques, d'obtenir des embryons qui ont un assortiment diploïde complet de chromosomes, mais chez lesquels tout ou partie d'une paire de chromosomes provient d'un seul des… Lire la suite
HÉTÉROPYCNOSE

Écrit par :  Jacques DAUTA

Portion ou totalité d'un chromosome, qui se trouve dotée, dans une espèce donnée, de façon régulière, d'une colorabilité (aux colorations cytologiques nucléales, comme celle de Feulgen) différente de celle du restant du lot chromosomique, soit pendant certaines phases de la mitose ou de la méiose (souvent la métaphase ou l'… Lire la suite
HISTOCOMPATIBILITÉ

Écrit par :  Jean DAUSSETDavid GRAUSZ

Dans le chapitre "Organisation du complexe HLA"  : …  La figure montre que le complexe HLA occupe chez l'homme quatre mégabases sur le chromosome 6p. Les gènes correspondant aux molécules de classe I occupent une mégabase dans la région la plus proche du télomère. Les molécules de classe II sont codées par des gènes qui s'étalent sur deux mégabases dans la région centromérique. Entre ces deux domaines… Lire la suite
HYBRIDATION

Écrit par :  Georges BARSKIYves DEMARLYSimone GILGENKRANTZ

Dans le chapitre "L'assemblage chromosomique"  : …  relativement faible de cellules fusionnées au niveau de leur cytoplasme aboutit au stade d'une mitose mixte productive, conduisant vers une lignée cellulaire hybride génétiquement équilibrée. D'ailleurs, cet équilibre est souvent atteint seulement après la perte d'un certain nombre de chromosomes de l'un ou de l'autre partenaire cellulaire… Lire la suite
LYSOGÉNIE

Écrit par :  Pierre NICOLLE

Dans le chapitre "Bactéries lysogènes défectives"  : …  l'analyse approfondie de ces cultures montre que le prophage s'est bien inséré dans le chromosome de la bactérie. Mais les divers éléments du phage qu'il a synthétisés pendant la période latente, c'est-àdire pendant les minutes qui suivent l'infection, se trouvent dans l'incapacité de s'assembler les uns aux autres pour former des particules… Lire la suite
MÉIOSE

Écrit par :  Pascal DURIS

La confirmation de la théorie cellulaire dans les années 1860 amène les biologistes à étudier la constitution et la fonction du noyau de la cellule. En 1883, le biologiste belge Edouard Van Beneden (1846-1910) découvre chez l'ascaris, un ver parasite du cheval, que le… Lire la suite
MODIFICATION DU GÉNOME HUMAIN

Écrit par :  Gabriel GACHELIN

Dans le chapitre "CRISPR-Cas9, un outil polyvalent pour manipuler les génomes C"  : …  des chromosomes. On a cherché ensuite à intégrer un gène donné à un endroit précis sur un chromosome. Ce résultat est obtenu pour la première fois autour de 1985, en utilisant un mécanisme appelé recombinaison homologue, puis généralisé à des systèmes animaux modèles. L’opération demeure cependant délicate et longue : 12 mois au moins pour obtenir… Lire la suite
MORGAN THOMAS HUNT (1866-1945)

Écrit par :  Andrée TÉTRY

Généticien américain né à Lexington (Kentucky). Son activité universitaire et scientifique débuta au collège féminin de Bryn-Mawr ; il fut ensuite professeur de zoologie expérimentale à l'université Columbia (1904), puis à l'Institut technologique de Pasadena en Californie (1929) où devait s'écouler toute la suite de sa carrière. Il passait ses… Lire la suite
MULLER HERMANN JOSEPH (1890-1967)

Écrit par :  Andrée TÉTRY

Biologiste et généticien américain né à New York. Élève de E. B. Wilson dont le laboratoire était voisin de celui de T. H. Morgan, Muller entra dans le laboratoire de celui-ci, la fameuse « fly-room » ; ensuite, avec les autres collaborateurs de Morgan, il fut engagé dans le « fly-work », c'est-à-dire les recherches centrées sur l'… Lire la suite
MUTATIONS

Écrit par :  E.U.Gérard LEBLONPhilippe L'HÉRITIER

Dans le chapitre "Variations génétiques liées aux séquences répétées"  : …  génétique au sein de la famille de séquences répétées. Les événements réciproques intervenant entre zones répétées sur un même chromosome conduisent, si les répétitions sont situées dans la même orientation, à la perte d'un fragment du chromosome. Si les répétitions sont situées dans une orientation opposée, il se produit des inversions… Lire la suite
NOYAU CELLULAIRE

Écrit par :  Roger BUVAT

Dans le chapitre "La chromatine"  : …  est elle-même contournée de manière plus ou moins serrée selon l'état de condensation de la chromatine. Dans le chromosome métaphasique, qui réalise le maximum de condensation, on admet que l'hélice nucléosomique est festonnée en une série linéaire de petites boucles, les microconvules, et que ce feston est lui-même enroulé en une hélice d'ordre… Lire la suite
O.G.M. - Production et utilisation

Écrit par :  Louis-Marie HOUDEBINE

Dans le chapitre "De la sélection génétique à la transgenèse "  : …  de l'ADN, ce qui met l'individu en péril mais offre plus de chances à l'espèce de s'adapter aux conditions auxquelles elle est soumise. Certaines mutations ne portent pas que sur la modification de bases de l'ADN, mais sur des remaniements plus ou moins profonds des chromosomes qui ont un impact majeur sur l'évolution des organismes vivants… Lire la suite
ONCOGENÈSE ou CANCÉROGENÈSE ou CARCINOGENÈSE

Écrit par :  Roger MONIER

Dans le chapitre "Activation de proto-oncogènes en oncogènes dans les tumeurs"  : …  de nombreuses tumeurs humaines, des structures chromosomiques anormales, qu'on appelle chromosomes minuscules doubles. Ces structures correspondent à la multiplication de régions chromosomiques porteuses de proto-oncogènes. À ce nombre anormalement élevé de copies du gène (amplification) correspond un niveau d'expression intense qui contribue à l'… Lire la suite
PARASEXUALITÉ

Écrit par :  Patrice COURVALINJacques THÈZEPatrick TRIEU-CUOTPhilippe VIGIER

Dans le chapitre "Équilibre réplicatif et notion de réplicon"  : …  l'épisome dont la réplication est thermosensible, mais que celui-ci s'est intégré dans le chromosome, et est donc répliqué par le « réplicon chromosome ». Chez ces mutants, le chromosome « sauve » l'épisome de l'effet de la température. De manière réciproque, des mutants de chromosomes bactériens thermosensibles pour la réplication peuvent être… Lire la suite
PHÉNOTYPE

Écrit par :  Jean GÉNERMONT

le matériel génétique, dont la substance fondamentale est l'acide désoxyribonucléique (ADN) porté par les chromosomes. Le matériel génétique chromosomique consiste en un nombre élevé d'unités ou gènes qui collaborent, selon des modalités très variables, à la réalisation des caractères héréditaires. L'hérédité est donc une propriété cellulaire… Lire la suite
PHYTOGÉNÉTIQUE

Écrit par :  Yves DEMARLY

Dans le chapitre "Maîtrise du niveau de ploïdie"  : …  Un des principes de base de la génétique repose sur la continuité des nombres et des formes chromosomiques. Chaque groupe biologique possède, en effet, un nombre de chromosomes caractéristiques qui peut être considéré comme celui de l'ancêtre commun du genre et qui est d'ailleurs appelé le nombre basal xLire la suite
PLAN D'ORGANISATION DES VERTÉBRÉS

Écrit par :  Bertrand FAVIER

Dans le chapitre "Colinéarité spatiale"  : …  La caractéristique fondamentale des complexes HOX/HOM est la relation entre l'ordre physique des gènes le long du chromosome et l'ordre physique de leur expression le long de l'axe antéro-postérieur de l'embryon. Cette propriété appelée « colinéarité spatiale » a été découverte d'abord chez la drosophile. L'ordre des gènes correspond à la position… Lire la suite
PLANTES

Écrit par :  Marie POTAGEArnaud VAN HOLT

Dans le chapitre "Sélection scientifique des plantes"  : …  Des études génétiques ont montré que de nombreuses plantes cultivées présentaient une polyploïdie, c’est-à-dire une multiplication du nombre de lots de chromosomes. Cette polyploïdie dérive souvent d’événements d’hybridation entre espèces différentes ; elle constitue un mécanisme de stabilisation des hybrides. En effet, un hybride de deux espèces… Lire la suite
PLASMIDES

Écrit par :  Annie BUU HOÏMichel GUÉRINEAU

le terme « épisomes » pour des plasmides pouvant exister soit à l'état autonome libre, soit à l'état intégré dans le chromosome bactérien. À l'état intégré, l'épisome occupe une position définie sur le chromosome bactérien et est répliqué comme une partie de celui-ci. À cette occasion, il est apparu que certains virus ou phages pouvaient, dans… Lire la suite
PLOÏDIE

Écrit par :  Philippe L'HÉRITIER

Toute cellule vivante possède dans son noyau un certain nombre de chromosomes, dans lesquels sont contenues les molécules d'acide désoxyribonucléique (ADN) qui forment le matériel génétique de l'organisme. Celui-ci est comparable à un document dans lequel sont consignées, sous une forme codée, toutes les opérations que peut… Lire la suite
POLYMORPHISME, biologie

Écrit par :  Maxime LAMOTTEPhilippe L'HÉRITIERÉtienne PATINLluis QUINTANA-MURCI

Dans le chapitre "Mise en évidence"  : …  à l'action des saisons sur la composition des populations. On peut en prendre pour exemple le polymorphisme chromosomique qui est observé (fig. 3) chez Drosophila pseudoobscura : la fréquence d'une certaine inversion, dite ST, est de 30 p. 100 durant l'été, et de 70 p. 100 pendant l'automne. Une… Lire la suite
PROCRÉATION

Écrit par :  Bernard JAMAINPaul-François LEROLLEYves MALINASJacques TESTART

Dans le chapitre "Les cellules sexuelles"  : …  originale, la méiose, spécifique des cellules germinales. Par la méiose, les deux lots de chromosomes qui avaient été hérités, l'un du père, l'autre de la mère, seront redistribués équitablement dans deux cellules filles, mais après avoir été mélangés. Ainsi le gamète disposera d'un génome absolument nouveau et imprévisible, d'autant que des… Lire la suite
PROGRAMME GÉNÉTIQUE

Écrit par :  Corinne ABBADIE

limiterons notre exposé. L'information nécessaire à l'établissement de leurs critères spécifiques est inscrite dans le génome que portent les chromosomes propres à chaque espèce. Au sein d'une même espèce, on observe généralement une variabilité entre individus : ce polymorphisme est dû à l'existence de variantes ponctuelles au sein du génome.… Lire la suite
REPRODUCTION, biologie

Écrit par :  Henri CAMEFORTJean GÉNERMONTDidier LAVERGNEPhilippe L'HÉRITIER

Dans le chapitre "Acquisition du sexe et sexualité relative chez les végétaux"  : …  Dans le cas des végétaux monoïques, il n'existe aucune différence génétique chromosomique entre les cellules qui engendrent les organes mâles et celles qui engendrent les organes femelles. Le mécanisme de l'apparition de ces organes entre dans le cadre général de la différenciation cellulaire au cours du développement d'un organisme. Ces processus… Lire la suite
RÉSISTANCE BACTÉRIENNE

Écrit par :  Jacques BEJOT

L'activité d'un antibiotique sur une souche bactérienne peut être évaluée par une donnée mesurable, caractéristique de la souche, que l'on appelle « concentration minimale inhibitrice » (C.M.I.) : c'est la plus faible concentration de l'antibiotique capable d'inhiber, in vitro, la croissance de cette bactérie. Cette donnée… Lire la suite
SEXUALISATION, biologie

Écrit par :  Jacques DECOURTJean-Marc LOBACCAROÉtienne PATINLluis QUINTANA-MURCICharles SULTAN

Dans le chapitre "Le système chromosique XY dans l'espèce humaine"  : …  vivants, de la répartition de l'ADN en chromosomes et des différents mécanismes de division cellulaire nous a permis de comprendre que le sexe de l'homme, et plus généralement celui des mammifères, est déterminé non pas par des facteurs environnementaux, mais par la présence de chromosomes sexuels… Lire la suite
SPÉCIATION

Écrit par :  Jean GÉNERMONT

Dans le chapitre "Polyploïdie"  : …  Un reproducteur transmet normalement dans chaque gamète un lot de chromosomes obtenu par un tirage aléatoire parmi les deux lots reçus de ses parents. Certaines mutations ont pour conséquence la formation de gamètes possédant un nombre entier, supérieur à un, de lots de chromosomes. Des unions de tels gamètes naissent des… Lire la suite
STURTEVANT ALFRED HENRY (1891-1970)

Écrit par :  Gabriel GACHELIN

peu à Morgan l'hypothèse que les caractères étaient codés par des gènes situés sur les chromosomes. On doit à Sturtevant, pendant sa thèse dans le laboratoire de Morgan, d'avoir mis au point une technique de croisement qui permet de préciser l'ordre des gènes sur un chromosome. L'extrait de sa thèse publié en 1913 contient la première carte… Lire la suite
TÉLOMÉRASE

Écrit par :  Vincent BARGOIN

une mesure qui reste à déterminer, celui de l'organisme dans son ensemble) et le cancer. Cette fonction consiste à maintenir l'intégrité des chromosomes au cours des divisions cellulaires successives. La télomérase est cependant normalement « réprimée » dans les cellules humaines. Les capacités réplicatives des cellules s'en trouvent limitées et… Lire la suite
THÉRAPEUTIQUE - Thérapie génique

Écrit par :  Olivier DANOS

Dans le chapitre " Vecteurs rétroviraux"  : …  En insérant l'information thérapeutique dans la continuité d'un chromosome de la cellule, les vecteurs rétroviraux sont en mesure de modifier celle-ci de manière permanente. La faiblesse du dispositif réside dans l'impossibilité de diriger l'intégration du transgène vers un site chromosomique précis, ce qui peut conduire à l'insertion dans une… Lire la suite
TRISOMIE 21 ou SYNDROME DE DOWN ou MONGOLISME

Écrit par :  E.U.

La trisomie 21, ou syndrome de Down (autrefois appelée mongolisme), est une maladie congénitale liée à la présence d'un chomosome 21 surnuméraire, conduisant à un caryotype à 47 chromosomes, au lieu des 46 chromosomes normalement présents. Les personnes porteuses d'une trisomie 21 souffrent des anomalies suivantes : faciès élargi et plat ; cou… Lire la suite
VARIATION, biologie

Écrit par :  Jean GÉNERMONT

Dans le chapitre "Caractères directement liés à l'isolement reproductif"  : …  Les variations portant sur la garniture chromosomique peuvent entraîner un certain degré d'isolement reproductif. Si deux formes diffèrent par un ou plusieurs remaniements, mais sont aptes à se croiser, les hybrides sont souvent partiellement ou totalement stériles. De telles différences sont fréquentes entre espèces apparentées. L'espèce humaine a… Lire la suite
VÉGÉTAL - La vie végétale

Écrit par :  François DELAPORTEGeorges MANGENOT

Dans le chapitre "La polyploïdie"  : …  Un organisme est polyploïde lorsqu'il possède plus de deux jeux (3, 4, 6, 8... jeux) de son matériel génétique de base. La polyploïdie peut être acquise soit par simple multiplication du nombre des chromosomes, sans apport étranger (autopolyploïdie), soit par addition d'un jeu étranger à la suite d'une hybridation (allopolyploïdie… Lire la suite

Afficher la liste complète (61 références)

  

Voir aussi

  

Accueil - Contact - Mentions légales
Consulter les articles d'Encyclopædia Universalis : 0-9 A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Consulter le dictionnaire de l'Encyclopædia Universalis
© 2017, Encyclopædia Universalis France. Tous droits de propriété industrielle et intellectuelle réservés.