BOUTIQUECONTACTASSISTANCE
Zone de recherche

AltasAuteursRecherche thématiqueDictionnaire

AVICENNE, arabe IBN SĪNĀ (980-1037)

4.  Avicennisme latin et avicennisme iranien

Longue est l'« histoire » de l'Intelligence agente jusqu'en ce milieu des Fideli d'amore, autour de Dante, qui la saluaient comme Madonna Intelligenza. Et l'on peut dire que la figure et le rôle de l'Ange, Intelligence agente et Esprit-Saint, permettent de comprendre les destinées ultérieures de l'avicennisme en Occident latin d'une part, en Islam iranien d'autre part. Il y eut certes en Occident, au xiie siècle et à l'orée du xiiie, l'esquisse d'un avicennisme latin à l'état pur, dont il subsiste quelques textes. Cet avicennisme latin tendait à conserver intégralement la noétique avicennienne qui n'est qu'un aspect de la cosmologie, l'une et l'autre n'étant aussi bien qu'un aspect de l'angélologie. Mais cet authentique avicennisme latin n'a pas survécu. Il suffit, pour en comprendre les raisons, de se reporter aux sarcasmes de Guillaume d'Auvergne, évêque de Paris, qui s'exprime à l'égard de la hiérarchie des Intelligences et des Âmes un peu à la façon de Voltaire s'exprimant à l'égard du christianisme.

  Avicenne et Albert le Grand

En cherchant une autre direction dans laquelle fructifia l'avicennisme au cœur de la scolastique latine, on s'oriente, par le fait même, dans la direction où l'avicennisme exerça une nette influence, certes, mais finalement au prix d'une altération radicale. On relèvera, en premier lieu, l'intérêt des références à Avicenne chez Albert le Grand, dans ses œuvres minéralogiques. Maître Albert a lu dans la physique d'Avicenne qu'une certaine force est immanente à l'âme humaine, une force à laquelle sont soumises les choses et qui est capable de les transformer, surtout quand l'âme est portée à un grand excès d'amour ou de haine, ou à quelque chose de semblable (De mirabilibus mundi). Plus précisément encore, il affirme, en se référant à Avicenne, que l'alchimie appartient à la magie, en ce sens qu'elle est fondée sur les forces occultes de la psyché humaine qui, elle, reçoit des virtutes coelestes l'impulsion à de telles opérations. L'alchimie comporterait ain […]

1 2 3 4 5

… pour nos abonnés, l'article se prolonge sur  13 pages…

Pour citer cet article

Henry CORBIN, « AVICENNE, arabe IBN SĪNĀ (980-1037)  », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le  . URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/avicenne/

Classification thématique de cet article :

 

Offre essai 7 jours

« AVICENNE, arabe IBN SĪNĀ (980-1037) » est également traité dans :

CANON (Avicenne)
LIVRE DE LA GUÉRISON, Avicenne
ANALOGIE
Dans le chapitre "Le point de départ « aristotélicien » : histoire d'un contresens"
ARABE (MONDE) - Littérature
Dans le chapitre "Les avatars de la rhétorique aristotélicienne : la « khaṭāba »"
ARISTOTÉLISME MÉDIÉVAL
Dans le chapitre "Traductions, apocryphes et commentaires"
AVICENNISME LATIN
GUILLAUME D'AUVERGNE (apr. 1180-1249)
HENRI DE GAND ou GOETHALS (1217?-1293)
HYGIÈNE
Dans le chapitre "L'Islam médiéval"
ISLAM (La civilisation islamique) - La philosophie
Dans le chapitre "D'Ibn Sīnā à Ibn Rušd"
ISLAM (La civilisation islamique) - Les mathématiques et les autres sciences
Dans le chapitre "La médecine"
SOHRAWARDĪ ou SUHRAWARDĪ SHIHĀBODDĪN YAHYĀ (1155-1191)
Dans le chapitre "Les œuvres"

Afficher la liste complète (12 références)

 

Voir aussi

GNOSE    TAWHID

 

Accueil - Contact - Mentions légales
Consulter les articles d'Encyclopædia Universalis : 0-9 A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Consulter le dictionnaire de l'Encyclopædia Universalis
Consulter les articles d'Encyclopædia Britannica.
© 2014, Encyclopædia Universalis France. Tous droits de propriété industrielle et intellectuelle réservés.

chargement du média