BOUTIQUECONTACTASSISTANCE
Zone de recherche

AltasAuteursRecherche thématiqueDictionnaire

ATMOSPHÈRE Chimie

Le point de départ obligé de la chimie de l'atmosphère terrestre est la dissociation de la molécule d'oxygène, par absorption de la radiation ultraviolette du Soleil, suivie de la formation immédiate de la molécule d'ozone, dans l'air pur et sec constitué essentiellement de 78 p. 100 d' azote, 21 p. 100 d'oxygène et 1 p. 100 d'argon.

La chimie atmosphérique présente cependant des aspects différents dans les diverses régions de l' homosphère (au-dessous de 100 km) caractérisée par le maintien d'une proportion constante de ses éléments principaux, l'azote et l'oxygène moléculaires. Par suite de leurs constitutions différentes en gaz minoritaires tels que les composés hydrogénés, azotés ou halogénés, les trois régions de l'homosphère, c'est-à-dire la troposphère (tropopause de 9 km aux pôles à 17 km à l'équateur), la stratosphère (stratopause vers 50 km) et la mésosphère (mésopause vers 85 km), se différencient par des caractères chimiques propres qui doivent être étudiés séparément. Ainsi, au niveau du sol, la chimie de la troposphère n'a pas de caractère homogène par suite de la diversité de produits secondaires et d'effets localisés liés à divers types de pollution.

1.  Généralités

Il convient tout d'abord de séparer l'action de la radiation solaire ultraviolette en deux domaines distincts correspondant respectivement à la photodissociation et à la photo-ionisation des constituants de l'atmosphère. Le domaine spectral de longueurs d'onde inférieures à 100 nm est lié à l'ionisation de l'oxygène et de l'azote et est à la base de la formation de l'ionosphère. De plus, tout ce rayonnement ultraviolet est absorbé au-dessus de 100 km et conduit à la formation des régions E et F de l'ionosphère. Toutefois, les rayons X de longueurs d'onde inférieures à 1 nm participent à l'ionisation de la région D au-dessous de 100 km en même temps que la [...]

1 2 3 4 5

… pour nos abonnés, l'article se prolonge sur  5 pages…

 

Pour citer cet article

Marcel NICOLET, « ATMOSPHÈRE - Chimie  », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le  . URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/atmosphere-chimie/

Classification thématique de cet article :

  

Offre essai 7 jours

« ATMOSPHÈRE » est également traité dans :

ATMOSPHÈRE - La couche atmosphérique

Écrit par :  Bernard GOSSET

La connaissance du champ de pression à la surface de la Terre et l'hypothèse généralement admise de l'équilibre hydrostatique permettent d'évaluer la masse de l'atmosphère terrestre à 5,13 × 1018 kg, soit environ la millionième partie de la masse de la Terre. En supposant la masse volumique de l' air constante et égale à… Lire la suite
ATMOSPHÈRE - Thermodynamique

Écrit par :  Christian PERRIN DE BRICHAMBAUT

Les transformations thermodynamiques de l'atmosphère sont matérialisées par tous les phénomènes météorologiques, les plus courants comme les plus violents : sécheresse, vent, nuages , brouillard , pluie, orages , grêle, cyclones ... Leur étude logique découle directement de nos connaissances en matière de dynamique et de physique de l'atmosphère,… Lire la suite
ACCÉLÉROMÈTRES SPATIAUX

Écrit par :  Raphaël F. GARCIAPierre TOUBOUL

Dans le chapitre "Goce : un satellite à l'écoute des séismes"  : …  de démontrer que l'on peut détecter les mouvements du sol à la frontière entre l'atmosphère et l'espace. En effet, comme le gradiomètre permet de mesurer les accélérations ressenties par le satellite, il est sensible aux variations de densité de l'air ainsi qu'aux déplacements des couches atmosphériques qui exercent une pression sur le satellite… Lire la suite
AÉRONOMIE

Écrit par :  Gaston KOCKARTS

L'aéronomie a pour objet l'étude des régions atmosphériques où les phénomènes de dissociations moléculaires et d'ionisation sont importants. Cette définition s'applique aussi bien à l'atmosphère terrestre qu'aux atmosphères planétaires. Le mot aéronomie fut imaginé par Sidney Chapman (1888-1970) et fut adopté lors de l'assemblée générale de l'Union… Lire la suite
AIR

Écrit par :  Jean PERROTEY

Le globe terrestre est entouré d'une atmosphère constituée d'un mélange gazeux nommé air, qui s'étend de la surface du sol jusqu'à une altitude d'environ 150 kilomètres… Lire la suite
ANTARCTIQUE

Écrit par :  Pierre CARRIÈREEdmond JOUVEJean JOUZELGérard JUGIEClaude LORIUS

Dans le chapitre "Le trou dans la couche d'ozone"  : …  Formé de trois atomes d'oxygène, l'ozone (O3) est un constituant présent dans l'atmosphère en très faible quantité, équivalente à une épaisseur de quelques millimètres dont environ 90 p. 100 entre 20 et 50 kilomètres d'altitude. Son rôle est cependant essentiel, car il absorbe très efficacement le rayonnement solaire… Lire la suite
APPLETON EDWARD VICTOR (1892-1965)

Écrit par :  Bernard PIRE

Né le 6 septembre 1892 à Bradford (Grande-Bretagne), Edward Victor Appleton fit ses études supérieures à l'université de Cambridge, où il eut John Joseph Thomson et Ernest Rutherford pour professeurs. Après une interruption due à la Première Guerre mondiale, il entreprit des recherches sur les ondes radio, d'abord à… Lire la suite
ARCHÉEN

Écrit par :  Hervé MARTIN

Dans le chapitre "L'atmosphère"  : …  Il y a 4 Ga, la quantité d'énergie produite par le Soleil était environ 30 p. 100 plus faible qu'aujourd'hui. Dans de telles conditions, avec une atmosphère semblable à l'atmosphère actuelle, la surface de la planète aurait dû être totalement gelée. Or ce n'était pas le cas puisque la température moyenne de l'océan archéen était d'au moins 39… Lire la suite
ASCENDANCE, météorologie

Écrit par :  Jean-Pierre CHALON

En raison de l’attraction terrestre, l’atmosphère ne peut subir de mouvements ascendants sans que se mettent aussitôt en place des mouvements compensatoires dirigés vers le bas, sinon l’air finirait par s’accumuler en altitude et manquer près du sol, dans les basses couches où nous vivons. Pour désigner ces mouvements, on parle alors de «… Lire la suite
ASTROMÉTRIE

Écrit par :  Jean KOVALEVSKY

Dans le chapitre "L'astrométrie spatiale"  : …  faites par les instruments terrestres est limitée par le caractère fluctuant de l'atmosphère terrestre. D'où l'utilité de faire des observations à partir de satellites artificiels. Cela offre un intérêt considérable pour l'astrométrie et est à l'origine du satellite Hipparcos de l'Agence spatiale européenne (E.S.A.), lancé… Lire la suite
ATMOSPHÈRE SOLAIRE

Écrit par :  Bernard PIRE

E.A. Ils sont en effet parvenus à réaliser une modélisation décrivant les différents processus physiques présents dans les couches successives de l’atmosphère. Dans la couche turbulente située sous la surface du Soleil, des champs magnétiques de dimensions réduites sont d’abord créés par effet dynamo. Ces cellules turbulentes qui ont une durée de… Lire la suite
AURORE POLAIRE

Écrit par :  Jean-Jacques BERTHELIER

Dans le chapitre "Spectres et mécanismes d'émissions"  : …  Pour l'essentiel, les émissions lumineuses aurorales proviennent de la désexcitation des composants neutres et ionisés de la haute atmosphère dont l'état excité, et éventuellement ionisé, résulte de l'impact d'une particule énergique ou d'une réaction chimique telle qu'une recombinaison radiative :ou… Lire la suite
AUTOMOBILE - Défis

Écrit par :  Daniel BALLERINIFrançois de CHARENTENAYAndré DOUAUDFrancis GODARDGérard MAEDERJean-Jacques PAYAN

Dans le chapitre "Réglementation des émissions polluantes"  : …  La décennie 1970 a été marquée par la prise de conscience de la pollution de l'air causée par l'automobile. Les principaux polluants rejetés dans l'atmosphère par les moteurs thermiques sont… Lire la suite
BIODÉPOLLUTION

Écrit par :  Sylvain CHAILLOUJérôme COMBRISSON

Dans le chapitre "La biodépollution de l'air"  : …  Selon la définition du Conseil de l'Europe de 1967, la pollution atmosphérique est définie par « la présence d'une substance étrangère dans l'air ou de la variation importante dans la proportion de ses composants, susceptible de provoquer un effet nocif, compte tenu des connaissances scientifiques du moment, ou de créer une nuisance ou une gêne… Lire la suite
BROUILLARD

Écrit par :  Léopold FACY

d'eau saturante sur des « germes », ou « noyaux de condensation », toujours présents dans l'atmosphère. Ces noyaux, du moins les plus efficaces d'entre eux, donnent naissance à des gouttelettes submicrométriques atteignant très rapidement un diamètre de quelques micromètres. Les processus de condensation interviennent fréquemment en altitude, les… Lire la suite
CARBURANTS

Écrit par :  Daniel BALLERINIJean-Claude GUIBETXavier MONTAGNE

Dans le chapitre "Les carburants et la formation d'ozone troposphérique"  : …  L'ozone est un polluant secondaire dans le sens où il se forme au cours de réactions chimiques complexes entre les hydrocarbures et les oxydes d'azote présents dans la basse couche de l'atmosphère (troposphère) et provenant, pour une part non négligeable, des rejets d'origine automobile… Lire la suite
CHANGEMENT CLIMATIQUE

Écrit par :  Robert KANDEL

Dans le chapitre " Le rôle de l'eau "  : …  il ne peut pas en contenir autant quand il est plus froid. Or l'atmosphère s'humidifie effectivement avec le réchauffement. Ce processus renforce l'effet de serre, puisque la vapeur d'eau en est le principal acteur, et amplifie donc le réchauffement. L'observation et la théorie confirment que cette « rétroaction vapeur d'eau » est bien positive.… Lire la suite
CHANGEMENT CLIMATIQUE - Aspects scientifiques

Écrit par :  Jean JOUZEL

Dans le chapitre "Le changement climatique et ses causes"  : …  radiatif à hauteur de 3 Wm2. Une partie de ce forçage est contrebalancée par l’effet des aérosols dans l’atmosphère et des ajustements des nuages qui en résultent (forçage négatif de – 0,82 Wm2). En tenant compte des contributions beaucoup moins importantes – composés à courte durée de vie (… Lire la suite
CLIMATOLOGIE

Écrit par :  Frédéric FLUTEAUGuillaume LE HIR

Dans le chapitre "Le bilan radiatif contrôle la température de la Terre"  : …  solaire au sommet de l'atmosphère est de 342 W.m–2. Dans l'atmosphère, une partie de ce rayonnement solaire (107 W.m–2) est réfléchie par les nuages, par les particules présentes dans l'air, puis par la surface terrestre. Le rapport entre le rayonnement réfléchi et le rayonnement solaire incident… Lire la suite
CLIMATS (notions de base)

Écrit par :  Universalis

Dans le chapitre "Les causes des variations climatiques"  : …  Enfin, la troisième cause est liée aux modifications de la composition de l’atmosphère, laquelle joue un rôle dans la transformation et la redistribution de l’énergie solaire. Les constituants de l’atmosphère ont varié au cours du temps. Les gaz à effet de serre (vapeur d’eau, dioxyde de carbone,… Lire la suite
CORIOLIS GASPARD GUSTAVE (1792-1843)

Écrit par :  Bernard BACH

Ingénieur et mathématicien français. Assistant à l'École polytechnique à Paris, Gustave Coriolis étudie la composition des vitesses et des accélérations… Lire la suite
CYCLES BIOGÉOCHIMIQUES

Écrit par :  Jean-Claude DUPLESSY

Dans le chapitre "Différentes formes chimiques"  : …  La forme la plus oxydée du soufre est S(+6) de l'ion sulfate. Elle est présente dans l'atmosphère (acide sulfurique, sulfate d'ammonium) et dans l'océan. L'évaporation de l'eau de mer dans des bassins fermés conduit à des dépôts dans lesquels le soufre est à l'état de sulfate de calcium (gypse ou anhydrite… Lire la suite
DÉBRIS SPATIAUX

Écrit par :  Christophe BONNAL

Dans le chapitre "Les paramètres influençant l’évolution de la pollution orbitale"  : …  La modélisation de l’atmosphère est complexe, car la densité de cette dernière dépend fortement de l’activité solaire, qui est relativement imprévisible à long terme. Or cette densité a une influence très forte sur le freinage des objets orbitaux, donc sur leur durée de vie en orbite. Cette durée de vie est également fonction de la masse et de la… Lire la suite
DÉPRESSION, météorologie

Écrit par :  Jean-Pierre CHALON

En météorologie, une dépression (ou cyclone) est une région de l’atmosphère caractérisée par une pression atmosphérique plus basse que celle de l’ensemble des régions adjacentes situées à la même altitude… Lire la suite
ENVIRONNEMENT - Droit de l'environnement

Écrit par :  Raphaël ROMI

Dans le chapitre "Lutte contre les pollutions"  : …  codification. Les articles qui concernent la lutte contre la pollutionatmosphérique sont regroupés dans le titre II intitulé « air et atmosphère » du Code. Ce titre comprend, après deux articles qui posent les principes essentiels de la loi sur l'air (droit de respirer un air qui ne nuise pas à sa santé – art. L. 220-1 et 2) trois… Lire la suite
ENVIRONNEMENT GLOBAL

Écrit par :  Robert KANDEL

Dans le chapitre "L'ozone de la stratosphère"  : …  3. Cette réaction peut être le fait d'une décharge électrique ou, dans la stratosphère, d'un rayonnement ultraviolet, comme l'a montré le physicien anglais Sydney Chapman dès 1930. Ainsi la couche d'ozone stratosphérique, qui protège la vie terrestre en absorbant du rayonnement ultraviolet solaire, n'existe que comme produit de ce… Lire la suite
ÉPISODE CÉVENOL, météorologie

Écrit par :  Jean-Pierre CHALON

Dans le chapitre "Des contrastes thermiques importants"  : …  d’air qui s’est réchauffée et humidifiée au contact de la mer Méditerranée. La stabilité de l’atmosphère devient alors précaire, surtout si l’air présent en altitude est particulièrement froid et sec. La moindre perturbation peut pousser ces masses d’air l’une vers l’autre et déclencher l’instabilité latente. Si, pour une… Lire la suite
FORCE DE CORIOLIS

Écrit par :  Florence DANIEL

mouvement vers la droite dans l’hémisphère Nord et vers la gauche dans l’hémisphère Sud. Elle a donc des implications énormes sur le déplacement des masses d’eau et des masses d’air : ainsi, la circulation générale des courants marins de surface prend la forme d’une boucle horaire dans l’hémisphère Nord et contre-horaire dans l’hémisphère Sud ; la… Lire la suite
FORÊTS - Les forêts tempérées

Écrit par :  Yves BASTIEN

Dans le chapitre "La forêt, puits de carbone"  : …  Grâce à l'assimilation chlorophyllienne, l'arbre régénère l'atmosphère en fixant le dioxyde de carbone et en rejetant l'oxygène. Un hectare de forêt cultivée peut fixer de 2 à 3 tonnes de carbone par an et en immobiliser ainsi de 75 à 100 tonnes sur pied. Une gestion sylvicole raisonnée conduit à stocker durablement du… Lire la suite
FORÊTS - Dépérissement des forêts

Écrit par :  Maurice BONNEAUGuy LANDMANN

Dans le chapitre "La pollution acide et la pauvreté des sols"  : …  2, NOx) sont transformés dans l'atmosphère en acides sulfurique et nitrique. Les pluies ainsi que les aérosols (fines particules) qui se déposent sur le feuillage des forêts apportent donc à l'écosystème forestier en général, et au sol en particulier, des quantités de protons (H+) non négligeables, évaluées à… Lire la suite
FRONT, météorologie

Écrit par :  Bernard GOSSET

Dans le chapitre "Surface frontale"  : …  Dans l'atmosphère, il n'existe pas de surface de discontinuité au sens strict du terme. Les diverses masses d'air de la basse atmosphère, ou troposphère, sont séparées par des couches de transition ou de mélange plus ou moins épaisses. Ces couches sont peu inclinées sur la surface terrestre, leur pente étant généralement de l'ordre de 1/200 à 1/100… Lire la suite
HUMIDITÉ

Écrit par :  Jean-Pierre CHALON

qu’à la proportion de vapeur d’eau qu’il contient. Cette donnée est très utile en météorologie parce qu’elle détermine l’aptitude de l’atmosphère à produire ou non des nuages, des orages et des précipitations. La vapeur d’eau est un gaz invisible qui participe directement au cycle planétaire de l’eau (évaporation, transport, condensation,… Lire la suite
HYDROLOGIE

Écrit par :  Pierre HUBERTGaston RÉMÉNIÉRAS

Dans le chapitre "Les stocks"  : …  (dont les neuf dixièmes sont contenus dans les cinq premiers kilomètres de l'atmosphère) représenterait, si elle était répartie uniformément sur la surface du globe, une « hauteur d'eau condensable » de l'ordre de 25 millimètres d'épaisseur, mais la hauteur d'eau condensable peut atteindre, exceptionnellement, 150 millimètres au mois de juillet en… Lire la suite
IMAGERIE TÉRAHERTZ

Écrit par :  Bernard PIRE

Dans le chapitre "L’émission térahertz, un développement récent"  : …  dès 1911, mais une des caractéristiques de ces ondes a fortement freiné les recherches dans ce domaine : l’atmosphère est quasiment opaque aux rayonnements à ces fréquences si bien qu’il n’est guère envisageable de les utiliser dans des radars ou pour des communications à longue distance. Il a fallu attendre l’invention des lasers pour que… Lire la suite
INFRAROUGE

Écrit par :  Pierre BARCHEWITZArmand HADNIPierre PINSON

Dans le chapitre "Transmission par l'atmosphère"  : …  La transmission par l'atmosphère est liée à la concentration des gaz et des particules qui constituent cette atmosphère ; elle dépend donc de très nombreux facteurs, en particulier de l'absorption propre à chaque gaz, des conditions météorologiques, de la température et de l'altitude… Lire la suite
IONOSPHÈRE

Écrit par :  Jean-Claude CERISIER

L'atmosphère est ionisée sur toute la surface du globe à partir d'une altitude d'environ 60 km, au-dessous de laquelle l'ionisation est négligeable ; cette région de l'atmosphère est appelée ionosphère. Vers les altitudes supérieures, l'ionisation s'étend jusqu'à la magnétopause, limite de la zone d'influence du champ magnétique terrestre.… Lire la suite
LORIUS CLAUDE (1932-    )

Écrit par :  Jean JOUZEL

Dans le chapitre "Des bulles dans un glaçon"  : …  En 1965, en terre Adélie, Claude Lorius observe fortuitement des bulles d'air pétillantes qui proviennent des glaçons d'un forage fondant dans un verre de whisky. Seraient-elles des témoins de l'atmosphère du passé ? Il faudra des années pour justifier cette intuition… Lire la suite
MAGNÉTOSPHÈRES

Écrit par :  Michel PETIT

magnétosphère au moment où on quitte l'ionosphère (c'est-à-dire l'atmosphère terrestre dans sa région partiellement ionisée mais encore largement dominée par la physico-chimie des espèces neutres). La limite entre ces deux régions est quelque peu arbitraire : on lui assigne généralement une altitude de 1 000 kilomètres, à quelques centaines de… Lire la suite
MASSES D'AIR

Écrit par :  Bernard GOSSET

d'air », fréquemment employé par les météorologistes, désigne une portion importante de l'atmosphère dont les dimensions horizontales peuvent atteindre plusieurs milliers de kilomètres et qui possède des caractéristiques physiques et une structure suffisamment homogènes, en particulier du point de vue thermique, pour pouvoir être identifiée et… Lire la suite
MÉCANIQUE SPATIALE

Écrit par :  Jean-Pierre CARROU

Dans le chapitre "Les perturbations"  : …  Du fait du frottement atmosphérique, un satellite qui évolue à une altitude suffisamment basse (inférieure à 1 000 km) est soumis à une force aérodynamique qui produit des effets non négligeables car cumulatifs avec le temps. L'accélération provoquée par cette force est :… Lire la suite
MÉTÉORES

Écrit par :  André VIAUT

On appelle couramment « météores » les phénomènes atmosphériques directement perceptibles autres que les nuages. Ils apparaissent au niveau du sol (rosée, gelée blanche), dans la troposphère (pluie, neige) ou dans les couches les plus élevées de l'atmosphère (aurores polaires… Lire la suite
MÉTÉOROLOGIE

Écrit par :  Jean-Pierre CHALON

La météorologie, du grec meteora et logos, dont l’association signifie « science des choses suspendues en l’air », a pour objet l'étude de l’atmosphère et des phénomènes qui s’y produisent tels les nuages, les précipitations, la foudre ou les tempêtes… Lire la suite
MODÉLISATION ET PRÉVISION OCÉANOGRAPHIQUES

Écrit par :  Pascale DELECLUSE

Dans le chapitre "L'océan et le climat"  : …  atmosphériques, mais ne tiennent pas compte de l'effet en retour de l'océan sur l'atmosphère. Les rétroactions du système océan-atmosphère doivent être abordées dans une modélisation, dite couplée, dans laquelle les flux mécaniques et thermohalins (température et salinité de l'eau) échangés par les deux fluides sont déterminés par leurs… Lire la suite
NUAGES

Écrit par :  André VIAUT

Dans le chapitre "Principes"  : …  La considération des altitudes auxquelles certains genres de nuages se rencontrent le plus fréquemment a conduit à la notion d'étage. La partie de l'atmosphère dans laquelle on observe habituellement les nuages (troposphère) a été divisée verticalement en trois étages appelés respectivement : étage supérieur, étage moyen, étage inférieur… Lire la suite
NUCLÉAIRE HIVER

Écrit par :  Adelin VILLEVIEILLE

entre les États-Unis et l'Union soviétique aurait eu d'importants effets climatiques. Selon ces études, un voile nuageux durable se serait formé, opaque au rayonnement solaire. Dans les estimations les plus pessimistes, l'obscurcissement et le refroidissement consécutifs auraient été tels que leurs auteurs ont cru pouvoir prédire l'apparition d'un… Lire la suite
OPTIQUE ADAPTATIVE

Écrit par :  Daniel ROUAN

Dans le chapitre "POUVOIR SÉPARATEUR D'UN INSTRUMENT D'OPTIQUE"  : …  cette même pièce depuis une distance de 400 kilomètres. En principe seulement, car l'atmosphère turbulente aura introduit une limitation à la finesse des images, moins fondamentale mais bien réelle, qui se situe en général vers 5 microradians, pratiquement indépendante de la taille de l'optique et de la longueur d'onde : c'est donc une perte de… Lire la suite
ORAGES

Écrit par :  René CHABOUD

Les orages sont des perturbations atmosphériques violentes, accompagnées de manifestations électriques (éclairs, tonnerre), d'averses de pluie, de neige ou de grêle intenses, et de rafales de vent. Le phénomène orageux prend naissance dans un nuage à grande extension verticale : le cumulo-nimbus… Lire la suite
OXYGÈNE

Écrit par :  Robert CREUSERené NOTO

Dans le chapitre "État naturel et préparation"  : …  Soret démontra l'existence d'une molécule O3 de masse 47,998 g par la prédominance de l'isotope 16 (cf. chap. 1). Sa concentration dans l'atmosphère est extrêmement faible (2 × 10—8), mais sa présence revêt une importance primordiale. En effet, une couche située à environ 25 kilomètres d'altitude absorbe la quasi-totalité… Lire la suite
PALÉOCLIMATOLOGIE

Écrit par :  Jean-Claude DUPLESSY

Dans le chapitre "Impact du volcanisme"  : …  des gaz et des particules jusque dans la stratosphère. Peu après une éruption, les aérosols stratosphériques sont essentiellement constitués de cendres volcaniques très fines ; celles-ci sédimentent rapidement et, après quelques semaines, les aérosols stratosphériques les plus abondants sont des sulfates créés par la conversion photochimique du SO… Lire la suite
PLANÉTAIRES SYSTÈMES

Écrit par :  Dominique PROUST

Dans le chapitre "Les conditions de la possibilité de la vie"  : …  au développement du vivant ? La vie sur une planète est intimement liée à la présence d'une atmosphère. Pour que celle-ci puisse se former, deux grandeurs fondamentales interviennent : d'une part, la distance à l'étoile centrale, qui détermine la température de l'atmosphère, d'autre part, la masse de la planète, qui nous renseigne sur la masse de… Lire la suite
POLLUTION

Écrit par :  François RAMADE

Dans le chapitre "La pollution atmosphérique"  : …  Provoquée par le rejet intempestif de substances diverses dans l'atmosphère, la pollution atmosphérique constitue sans aucun doute la plus évidente des dégradations de l'environnement… Lire la suite
POLLUTION ATMOSPHÉRIQUE URBAINE

Écrit par :  Isabelle ROUSSEL

La pollution atmosphérique préoccupe fortement l’Organisation mondiale de la santé (O.M.S.), qui a lancé plusieurs alertes, en déclarant la pollution de l’atmosphère comme cancérigène et en rappelant qu’elle est responsable de quelque sept millions de morts par an dans le monde. À cette pollution s’ajoute la pollution de l’… Lire la suite
PRÉCIPITATIONS, météorologie

Écrit par :  Léopold FACY

Si les brouillards et les nuages matérialisent, dans l'atmosphère, la condensation en masses importantes de la vapeur d'eau, la rosée et le givre sont des phénomènes analogues, mais limités à la surface même de la végétation ou des objets qui sont au contact ou au voisinage direct du sol… Lire la suite
PRESSION ATMOSPHÉRIQUE

Écrit par :  Jean-Pierre CHALON

Dans le chapitre "Les variations de la pression avec l’altitude "  : …  À partir de 1892, après leur invention par Gustave Hermite, les ballons-sondes permettront d’effectuer des mesures en altitude, sans présence humaine, à l’aide de capteurs munis d’enregistreurs. En 1902, après avoir réalisé une série de 236 sondages au-dessus de 11 kilomètres, Léon-Philippe Teisserenc de Bort découvre la stratosphère… Lire la suite
QUANTIFICATION DE L'EFFET DE SERRE

Écrit par :  Robert KANDEL

Si la notion d'effet de serre remonte à Joseph Fourier (1827), la première tentative de calculer explicitement comment le climat dépend du dioxyde de carbone (CO2) atmosphérique revient au Suédois Svante Arrhenius (1859-1927) dont le… Lire la suite
RAYONNEMENT COSMIQUE - Rayons cosmiques

Écrit par :  Lydie KOCH-MIRAMONDBernard PIRE

pour être détectés par des instruments placés dans des satellites en orbite terrestre ou dans des sondes spatiales. D'autres pénètrent dans l'atmosphère terrestre, entrent en collision avec des noyaux d'oxygène ou d'azote, et produisent des générations successives de particules secondaires qui peuvent atteindre le niveau de la mer et parfois s'… Lire la suite
TEISSERENC DE BORT LÉON (1855-1913)

Écrit par :  Yves GAUTIER

1855 et mort à Cannes le 2 janvier 1913. Son nom reste dans l'histoire de la météorologie grâce à ses travaux sur la haute atmosphère, la stratosphère. Cependant, ses études sur les variations physiques et dynamiques de la basse atmosphère ont été déterminantes car il avait compris que leur compréhension était la base de la prévision météorologique… Lire la suite
TEMPÉRATURE (météorologie)

Écrit par :  Jean-Pierre CHALON

Dans le chapitre "Les différentes couches de l’atmosphère météorologique"  : …  une couverture suffisante pour observer toutes les régions du globe. Les capteurs embarqués sur satellites pallient en partie ces problèmes et s’insèrent dans le système mondial d’observation de l’atmosphère. Installé sur les satellites météorologiques à défilement MetOp de l’Agence spatiale européenne, l’instrument I.A.S.I. (Infrared Lire la suite
TERRE - Le système Terre et sa transformation

Écrit par :  Robert KANDEL

Dans le chapitre "L'altération anthropique de l'atmosphère"  : …  les modifications de l'environnement à l'échelle globale, plus spécifiquement celles de la composition chimique de l'atmosphère. Prévu depuis au moins un siècle par quelques scientifiques, l'enrichissement de l'atmosphère en gaz carbonique résulte indubitablement de nos activités agricoles et industrielles : déforestation et combustion de… Lire la suite
TERRE - Bilan énergétique

Écrit par :  Robert KANDEL

Dans le chapitre " Phénomènes au sein de l'atmosphère et à la surface"  : …  la partie visible du rayonnement solaire, qui contient la plus grande part de son flux énergétique, traverse l'atmosphère avec peu de pertes. Aux longueurs d'onde inférieures à 0,31 μm de l'ultraviolet, la couche d'ozone (située entre 15 et 50 km d'altitude) est pratiquement opaque : le flux absorbé, 12 watts par mètre carré, échauffe la… Lire la suite
TERRE BOULE DE NEIGE HYPOTHÈSE DE LA

Écrit par :  Magali ADER

de neige est quasi impossible. Complètement gelée, la Terre réfléchit considérablement la lumière du Soleil, ce qui empêche son réchauffement. Il aurait donc fallu des quantités énormes de dioxyde de carbone (CO2) dans l'atmosphère pour augmenter suffisamment l'effet de serre et contrebalancer la réflexion de la lumière… Lire la suite
TRANSPORTS - Transports et environnement

Écrit par :  Michel BADRÉ

Dans le chapitre "Les gaz à effet de serre"  : …  Ces travaux montrent la progression de la teneur de l'atmosphère en gaz à effet de serre : dioxyde de carbone (CO2, le plus important en volume), méthane (CH4), protoxyde d'azote (N2O), composés fluorés (HFC, PFC, SF6). On n'évoque pas ici la vapeur d'eau,… Lire la suite
TURBULENCE

Écrit par :  Fabien ANSELMETMichel COANTICGérard TAVERA

Dans le chapitre "Le système océan-atmosphère et la turbulence"  : …  solaire et la source froide par l'émission vers l'espace du rayonnement terrestre. Près de la moitié du rayonnement solaire incident est réfléchie directement (d'où l’albedo) ou absorbée dans l'atmosphère, le reste est absorbé pour partie par le sol et pour l’essentiel par les couches superficielles de l’océan. Ces processus… Lire la suite
VENTS

Écrit par :  Jean BESSEMOULINRené CHABOUDJean-Pierre LABARTHE

solaire est très irrégulier. Le mécanisme, simplifié à l'extrême, est le suivant : l'air au contact des sols ensoleillés s'échauffe ; cet air chaud, donc plus léger, exerce à la surface du sol une pression inférieure à la moyenne. C'est ainsi que se créent des zones de basses pressions, ou dépressions. Inversement, l'air… Lire la suite
VOSTOK, Antarctique

Écrit par :  Robert KANDEL

Les bulles d'air piégées dans la glace donnent le contenu en dioxyde de carbone (CO2) et en méthane (CH4) des atmosphères du passé. Ces gaz à effet de serre ont varié à l'unisson du climat depuis 420 ka. La… Lire la suite

Afficher la liste complète (65 références)

  

Voir aussi

  

Accueil - Contact - Mentions légales
Consulter les articles d'Encyclopædia Universalis : 0-9 A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Consulter le dictionnaire de l'Encyclopædia Universalis
© 2017, Encyclopædia Universalis France. Tous droits de propriété industrielle et intellectuelle réservés.