BOUTIQUECONTACTASSISTANCE
Zone de recherche

AltasAuteursRecherche thématiqueDictionnaire

ASCÈSE & ASCÉTISME

Les diverses définitions classiques de l'homme prennent comme base son animalité à laquelle elles ajoutent la mention d'une différence spécifique : « animal politique », « animal doué de raison », « animal parlant » ou encore, comme dans la tradition indienne, « animal sacrifiant ». Toutes, donc, impliquent un minimum de compatibilité entre le genre et l'espèce ou entre le sujet et l'attribut. Aux yeux d'Aristote, par exemple, le fait pour l'homme de ne pouvoir vivre qu'en société, loin d'abolir son animalité, la suppose, au contraire, et la ratifie dans la spécificité de ses besoins. En revanche, celui qui voudrait définir l'homme comme « animal capable d'ascèse » subvertirait complètement ce jeu du genre et de la différence spécifique sur lequel reposent les autres définitions. C'est qu'un seul cas, dûment attesté, d'ascèse pratiquée par un animal, fût-il « supérieur », nous apparaîtrait comme le miracle des miracles, alors que des ébauches de langage, de raisonnement, de sociabilité, etc., se laissent observer dans le comportement de maintes espèces animales. En se livrant à l'ascèse, donc, l'homme ne cherche plus à perfectionner son animalité mais bien à la renier, à la limite à la supprimer. Aussi, la coupure radicale entre l'homme et l'animal devrait-elle, pour autant qu'elle existe, se laisser au mieux appréhender à partir de ce singulier phénomène de l'ascétisme qui accompagne l'homme à travers toute son histoire. Phénomène essentiellement religieux, l'ascèse exprime le refus par l'homme de sa condition incarnée et son désir nostalgique de rejoindre en cette vie même un absolu soustrait aux vicissitudes de l'existence temporelle. Héroïque dans son essence même, volontiers habitée par un esprit d'orgueil et de démesure, son destin ordinaire est de déboucher sur une certaine forme d'insatisfaction, sinon d'échec. Aussi – tout comme le mysticisme auquel il a partie liée – l'ascétisme a-t-il été souvent jugé avec une certaine sévérité. En son absence, pourtant, [...]

1 2 3 4 5

… pour nos abonnés, l'article se prolonge sur  7 pages…

 

Pour citer cet article

Michel HULIN, « ASCÈSE & ASCÉTISME  », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le  . URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/ascese-et-ascetisme/

Classification thématique de cet article :

  

Offre essai 7 jours

« ASCÈSE & ASCÉTISME » est également traité dans :

ALIMENTATION (Comportement et pratiques alimentaires) - Anthropologie de l'alimentation

Écrit par :  Dominique FOURNIER

Dans le chapitre "Interdits alimentaires"  : …  de terrain rappelle qu'il serait vain de vouloir imposer à tous un comportement normé. L'exemplarité des saints ou des ascètes suffit à la diffusion de règles idéales qui risqueraient d'affaiblir les processus de la reproduction humaine si elles étaient strictement appliquées. Pour ceux qui aspirent à une communication intime avec la divinité, il… Lire la suite
ARSÈNE saint (354 env.-env. 455)

Écrit par :  Universalis

mort vers 455 à Toura dans le désert de Scété, saint Arsène aussi appelé Arsenius le Romain, est réputé pour son ascétisme parmi les ermites chrétiens du désert de Libye. Ainsi compté au nombre des fameux Pères du désert, il servit de modèle au développement de la vie monastique et contemplative dans la chrétienté d'Orient comme d'Occident. Saint… Lire la suite
ĀSRAM ou ASHRAM

Écrit par :  Guy DELEURY

Dans le chapitre "Le temps de l'effort"  : …  considéré que c'était le plus beau don que l'Inde a fait à l'humanité. » Un don qui remonte fort loin. Il semble bien que cet itinéraire spirituel ait été inauguré par les ascètes qui, contemporains du Buddha, firent retraite dans les forêts et y attirèrent des disciples qui composèrent les grandes Upaniṣad. À l'époque, on ne distinguait… Lire la suite
BERNARD DE CLAIRVAUX (1090-1153)

Écrit par :  Marie-Madeleine DAVYMarcel PACAUT

Dans le chapitre "La théologie de saint Bernard"  : …  erreurs la parfaite ressemblance ; le but de l'existence sera de la recouvrer. D'où l'ascèse, la nécessité d'imiter le Christ afin de passer de l'état charnel à l'état spirituel. La chair ne doit pas être méprisée, toutefois elle est une limite. La distance qui sépare la chair de l'esprit est comparable à un abîme que l'homme ne peut franchir que… Lire la suite
BOGOMILES

Écrit par :  Marie-Madeleine DAVY

Dans le chapitre "Théologie et vie des communautés"  : …  plus austère. Leur désir de pauvreté et de pénitence les conduit à opter pour un ascétisme plus rigoureux. Théologiens, ils présentent une doctrine cohérente comprenant une cosmologie et une eschatologie. Peu nombreux, ils ne se livrent à aucun travail manuel et demeurent chez leurs disciples. Leur prédication fervente leur assure des adeptes. En… Lire la suite
BONZE

Écrit par :  Marie-Madeleine DAVYUniversalis

Le nom de bonze, d'origine japonaise (bonzo), signifie prêtre ; il désigne avant tout les religieux bouddhistes de certains pays d'Extrême-Orient : Chine, Japon, Vietnam — quoique l'usage du terme tende à se généraliser en Occident, où on l'applique notamment aux communautés bouddhistes de Ceylan, de Birmanie, de… Lire la suite
BOUDDHISME (Histoire) - Le Buddha

Écrit par :  André BAREAU

Dans le chapitre "La communauté primitive"  : …  Le Bienheureux proscrit les austérités inutiles, tortures et mutilations que s'infligent certains ascètes indiens, mais il impose à ses disciples une existence fort rude. Leurs cheveux et leur barbe entièrement rasés, leurs vêtements faits de haillons ramassés dans les ordures ou les charniers, teints en ocre jaune et cousus ensemble, les moines… Lire la suite
CAPITALISME - Sociologie

Écrit par :  Michel LALLEMENT

Dans le chapitre " Les origines du capitalisme"  : …  protestante et l'esprit du capitalisme (1904-1905). Au moment de la Réforme, explique Max Weber, le protestantisme ascétique et puritain favorise un comportement qui associe le goût de l'épargne, l'abstinence, le refus du luxe, la discipline du travail et la conscience professionnelle. Si les racines religieuses (volonté de glorifier… Lire la suite
CATHARES

Écrit par :  Christine THOUZELLIER

Dans le chapitre "Liturgie, hiérarchie, morale"  : …  Esprit assure, en effet, le salut à quiconque le reçoit, au point que, vu les exigences d'ascèse qu'il implique, beaucoup attendent leur dernier moment pour le demander. Dans la pratique, l'usage s'instaure dès lors d'un rite plus succinct, que décrit le rituel provençal : le consolamentum des mourants. Au lieu de livrer le… Lire la suite
CÉLIBAT RELIGIEUX

Écrit par :  André BAREAUJacques POHIER

Dans le chapitre "Des anciens ascètes de l'Inde au Buddha"  : …  (saṅgha), il existait depuis déjà longtemps dans l'Inde de nombreux groupes d'ascètes analogues. Réunis autour d'un maître qui les instruisait et les conseillait, ces hommes vivaient de façon fort austère, en observant notamment une abstinence sexuelle totale. Cette obligation était même si importante que le nom donné à leur genre de vie en… Lire la suite
L'ÉTHIQUE PROTESTANTE ET L'ESPRIT DU CAPITALISME, livre de Max Weber

Écrit par :  Éric LETONTURIER

Dans le chapitre "Le salut par le travail"  : …  prévoir, à l'inverse du catholicisme, de dispositifs compensateurs (pénitence, pardon). Cette pression explique le refuge des fidèles, seuls face à leur conscience et leur recherche des signes de l'élection, dans « un ascétisme dans le monde » consistant en une réglementation stricte des conduites individuelles dévouées à un investissement… Lire la suite
HAGIOGRAPHIE

Écrit par :  Michel de CERTEAU

Dans le chapitre "Un discours de « vertus »"  : …  de représentants, depuis le martyre ou le miracle jusqu'à l'ascèse ou l'accomplissement du devoir d'état. Chaque vie de saint offre un choix et une organisation propres de ces vertus, en utilisant pour ce faire le matériau fourni soit par les faits et gestes du saint, soit par les épisodes appartenant au fonds commun d'une Lire la suite
HINDOUISME

Écrit par :  Anne-Marie ESNOUL

Dans le chapitre "Les sectes shivaïtes"  : …  de groupes comportant des religieux et des laïcs, il faut rappeler que, dès l'origine, le shivaïsme a toujours été la religion des ascètes : on trouve mentionnés dans les listes de mouvements shivaïtes certains groupes qui représentent, en fait, des catégories d'ascètes souvent itinérants, et qui ont dû se répandre dans presque toute l'Inde. Tels… Lire la suite
ISLAM (La religion musulmane) - Les sciences religieuses traditionnelles

Écrit par :  Chafik CHEHATARoger DELADRIÈREDaniel GIMARETGuy MONNOTGérard TROUPEAU

Dans le chapitre "Le parcours de la voie spirituelle (« sulūk ») ; les confréries (« ṭuruq »)"  : …  conditions préliminaires à l'entrée dans la voie (ṭarīqa) est de pratiquer, à l'imitation du Prophète, le renoncement au monde (zuhd) et de mener une vie simple et austère. Ce n'est qu'en adoptant une pauvreté volontaire, d'où le terme de faqīr employé souvent pour le spirituel, que l'on peut prétendre devenir un sālik («… Lire la suite
JACOB NAZIR DE LUNEL (XIIe s.)

Écrit par :  Gabrielle SED-RAJNA

De son vrai nom Jacob b. Saül, frère d'Asher ben Saül, auteur d'un ouvrage juridique : Sefer ha-minhagot. Le qualificatif nazir indique que Jacob appartenait à un groupe de dévots qui se retiraient des affaires de ce monde pour se consacrer exclusivement à l'étude de la Tōrah et qui… Lire la suite
JEAN CHRYSOSTOME (354 env.-407)

Écrit par :  Jean-Marie LEROUX

Dans le chapitre "Un brandon de discorde"  : …  Chrysostome est la recherche intense de la communion avec Dieu par la contemplation et l'ascèse. À dix-huit ans, il abandonne les études profanes pour s'adonner à la vie spirituelle. Successivement moine, cénobite, anachorète, il se livre à des pratiques ascétiques excessives, mais n'en continue pas moins l'étude de l'écriture. C'est à la suite d'… Lire la suite
JÉRÔME saint (347 env.-419/20)

Écrit par :  Pierre LARDET

Dans le chapitre "Savant et moine à Bethléem"  : …  défend simultanément des positions conservatrices sur d'autres fronts. Champion de l'ascétisme chrétien, il avait, en 383, réfuté Helvidius, qui niait la virginité perpétuelle de Marie. Dix ans plus tard, au laxisme de Jovinien, qui, à Rome toujours, avait en somme pris le relais en rabaissant les mérites du célibat et du jeûne, Jérôme opposa, de… Lire la suite
JINISME ou JAÏNISME

Écrit par :  Colette CAILLATMarie-Simone RENOU

Dans le chapitre "Le chemin de la Délivrance"  : …  jaina, à « l'Accomplissement » (siddhi), la « Perfection ». S'il est sain de corps et d'esprit, un enfant, à partir de l'âge de sept ans et demi, est admis à quitter le monde en abandonnant ses biens. Après un noviciat de quatre mois environ sous l'autorité absolue d'un maître spirituel, il peut recevoir la consécration, au cours de laquelle,… Lire la suite
KĀMA

Écrit par :  Charles MALAMOUD

notamment) de la fusion mystique avec l'Un. D'autre part, si l'ascétisme, en Inde comme ailleurs, est la volonté de résister à la tentation des plaisirs et même de dominer ses besoins, il faut prendre garde que le sexe érigé de l'ascète ūrdhvamanthin (à la fois continent et ithyphallique) est un emblème de la tension qui le… Lire la suite
LANZA DEL VASTO JOSEPH JEAN LANZA DI TRABIA-BRANCIFORTE dit (1901-1981)

Écrit par :  Paul-Jean FRANCESCHINI

Disciple de Gandhi, apôtre de la non-violence et précurseur des croisades pour l'environnement, Lanza del Vasto naît à San Vito dei Normanni (Italie) ; fils d'une famille aristocratique, il a milité pour ses idéaux par la plume (Judas, 1938 ; Pèlerinage aux Lire la suite
MANTRA

Écrit par :  André PADOUX

Dans le chapitre "L'hindouisme"  : …  ci, reçu dans l'initiation, doit ensuite être maîtrisé par une ascèse identifiante particulière (mantrasādhana) qui peut durer des années et par laquelle l'adepte, voué au « service du mantra » (mantrārādhana), le traite comme une déité, l'adore, le médite et surtout le répète indéfiniment. Cela seul peut… Lire la suite
MARIAGE

Écrit par :  Catherine CLÉMENTUniversalisCatherine LABRUSSE-RIOUMarie-Odile MÉTRAL-STIKER

Dans le chapitre "Le mariage en Occident"  : …  Ce n'est donc pas la femme qui gagne à la propagation de la virginité, mais bien l'idéal ascétique lui-même, qui pénètre le mariage sans pour autant donner aux femmes les droits de la subjectivité. Plus spécialement localisé dans le désert, la cellule ou le cloître, l'ascétisme devient le modèle de la vie chrétienne puis de la Lire la suite
MÉTALLURGES

Écrit par :  Jean DELUZAN

Dans le chapitre "Métallurgie, alchimie et sagesse"  : …  il convient de les éveiller en les purifiant par une action analogue à celle de l'ascèse pratiquée par les amants de la sagesse ; il s'agit toujours de parvenir au corps de diamant, corps glorieux coïncidant avec la libération. La pierre philosophale est à la fois dure et transparente ; elle est comparable au corps de… Lire la suite
MONACHISME

Écrit par :  André BAREAUGuy BUGAULTJacques DUBOISHenry DUMÉRYLouis GARDETJean GOUILLARD

Dans le chapitre "Le monachisme chrétien occidental"  : …  Étymologiquement, le moine est celui qui vit seul, mais le mot a pris un sens plus large et s'applique à tous les ascètes, qui se séparent de la société des hommes pour se vouer dans la prière au service de Dieu, qu'ils vivent isolés, « ermites » et « anachorètes », ou groupés, « cénobites ». Dans l'Église catholique, on réserve le nom de moines… Lire la suite
NIEREMBERG JUAN EUSEBIO (1595-1658)

Écrit par :  Bernard SESÉ

Jésuite espagnol, Juan Eusebio Nieremberg naquit à Madrid de parents allemands. Il fit ses études chez les jésuites ; à l'université d'Alcalá, puis à celle de Salamanque il reçut une solide formation d'humaniste et de théologien. Il fit profession dans la Compagnie de Jésus en 1616. La direction spirituelle et l'enseignement furent le plus clair de… Lire la suite
ORTHODOXE ÉGLISE

Écrit par :  Olivier CLÉMENTBernard DUPUYJean GOUILLARD

Dans le chapitre "La vie mystique et le Saint-Esprit"  : …  On comprend que la grande ascèse orthodoxe destinée à stabiliser en l'homme cet état liturgique se définisse par deux mots : le silence et la beauté. Le grand spirituel est un « silencieux », un « hésychaste » (du grec hèsychia, silence et paix de l'union avec Dieu), et les recueils de textes ascétiques et mystiques dont il use… Lire la suite
PÉLAGIANISME

Écrit par :  Michel MESLIN

Dans le chapitre "La seconde querelle pélagienne (418-432)"  : …  entre la sexualité et l'instinct, ce n'est qu'en reprenant les thèmes traditionnels de l'ascèse chrétienne, donc en délaissant le plus original de sa pensée. En effet, de cet optimisme devrait, en bonne logique, découler une conception originale du mariage, acceptant franchement et totalement la sexualité, ce qui eût été une grande nouveauté pour l… Lire la suite
PÈRES DU DÉSERT

Écrit par :  Gilbert GIANNONI

La spiritualité du désert s'enracine dans une longue tradition d'ascèse, de lutte au sens strict. Tradition aussi bien de sagesse païenne — parvenir à la maîtrise de soi — que religieuse, et frappée d'ambiguïté dès lors qu'à la convergence des méthodes s'ajoute ce que la voie du renoncement au monde peut entraîner à l'égard de celui-ci : sa… Lire la suite
PROSTITUTION AU MOYEN ÂGE

Écrit par :  Amélie MAUGÈRE

Dans le chapitre "L’idéal ascétique du haut Moyen Âge (ve-ixe siècle)"  : …  Avec la chute de l’Empire romain d’Occident en 476, la reconnaissance légale des femmes nées libres qui échangent leurs faveurs sexuelles contre de l’argent prend fin ; celles-ci deviennent donc des marginales privées d’un statut protecteur (quoique déjà infamant). Par ailleurs, les lois germaniques, influentes à cette époque, sont moins… Lire la suite
PROTESTANTISME - Protestantisme et société

Écrit par :  Jean BAUBÉROT

Dans le chapitre "Le lien avec le capitalisme"  : …  Les sociologues marxistes (Robertson...) ont repris cette analyse : les hérésies médiévales, le protestantisme, le jansénisme sont l'expression théorique et doctrinale de l'« exigence ascétique », attitude caractéristique de la classe moyenne ascendante ; ces mouvements reflètent une nécessité économique (le boutiquier, l'… Lire la suite
SĀDHU

Écrit par :  Universalis

Le mot sanskrit sādhu, qui signifie « saint », « excellent », et qui dérive peut-être de siddha, « celui qui détient un siddhi (pouvoir miraculeux) », sert à désigner les hindous qui font vœu de renoncer à la société. La classe des sādhus comprend des… Lire la suite
SCHOPENHAUER ARTHUR (1788-1860)

Écrit par :  Jean LEFRANC

Dans le chapitre "Une anthropologie pessimiste"  : …  L'éthique d'une telle anthropologie ne peut qu'être celle du renoncement et de l'ascèse, dont le premier point sera de s'abstenir de transmettre la vie et avec elle la tromperie du bonheur. La justice sera purement négative (ne léser personne) et le seul sentiment moral possible est la pitié par laquelle est reconnue l'… Lire la suite
SIMÉON LE STYLITE (390 env.-459)

Écrit par :  Jacques DUBOIS

Né aux confins de la Syrie et de la Cilicie, près de Nicopolis (Islahije, en Turquie), Siméon était berger et âgé seulement de treize ans quand, un dimanche, il entendit à l'église l'évangile des Béatitudes ; il distribua ses biens et entra au monastère de Teleda. Il ne mangeait qu'une fois par semaine, portait un cilice, pratiquait une ascèse… Lire la suite
SOHRAWARDĪ ou SUHRAWARDĪ SHIHĀBODDĪN YAHYĀ (1155-1191)

Écrit par :  Christian JAMBET

Dans le chapitre "La sagesse orientale"  : …  Henry Corbin montre que nous sommes ainsi responsables d'une ascèse qui a pour enjeu le salut des mondes divins et de la création tout entière : « Il s'agit de désenténébrer l'aile gauche de Gabriel. L'effort purificateur de chaque âme se désenténébrant elle-même est eo ipso un désenténèbrement de l'aile… Lire la suite
TANTRISME

Écrit par :  André PADOUX

Dans le chapitre "Rites et pratiques ; la « kuṇḍalinī »"  : …  mantra n'est toutefois efficace que s'il a été d'abord régulièrement reçu par l'adepte puis maîtrisé par lui au terme d'une ascèse particulière (mantrasādhana ou puraścarana), généralement longue et complexe. L'importance des mantras dans les rites est telle que ceux-ci peuvent ne consister qu'en leur énoncé. L'image du culte peut même parfois… Lire la suite
TERTULLIEN (155 env.-env. 225)

Écrit par :  Jean-Claude FREDOUILLE

Dans le chapitre "Traités concernant la « discipline »"  : …  » (entre païens et chrétiens), celles-là comme ceux-ci paraissant à Tertullien peu compatibles avec la discipline chrétienne. Dans tous ces ouvrages, le rigorisme du théologien est déjà manifeste ; un tel état d'esprit toutefois n'est pas alors exceptionnel : la philosophie païenne et les religions orientales prêchaient volontiers l'ascétisme… Lire la suite
THÉRAPEUTES, histoire religieuse

Écrit par :  André PAUL

Sorte d'ordre monastique du judaïsme alexandrin. Philon, dans son De vita contemplativa, dont l'authenticité est d'ailleurs discutée, décrit le mode de vie, aux environs du lac Maréotis, dans la lagune d'Alexandrie, de ces « thérapeutes » qui étaient des ascètes : anachorètes des deux sexes, vivant dans de petites habitations… Lire la suite

Afficher la liste complète (37 références)

  

Voir aussi

  

Accueil - Contact - Mentions légales
Consulter les articles d'Encyclopædia Universalis : 0-9 A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Consulter le dictionnaire de l'Encyclopædia Universalis
© 2017, Encyclopædia Universalis France. Tous droits de propriété industrielle et intellectuelle réservés.