BOUTIQUECONTACTASSISTANCE
Zone de recherche

AltasAuteursRecherche thématiqueDictionnaire

MAGDALÉNIEN ART

2.  Du bestiaire au symbole

Dans ses formes monumentales comme dans ses formes les plus petites, le bestiaire magdalénien se caractérise par une tendance figurative tournée vers le naturel. Les peintres et les graveurs magdaléniens ont recherché une fidélité visuelle à la nature, souvent attachée à des détails anatomiques, comme la figuration du clapet anal de certains mammouths ou des sourcils et des poils à l'intérieur des oreilles de bison. Pour exprimer les volumes, les attitudes et les mouvements des animaux – essentiellement des chevaux et des bisons, souvent des cerfs, des rennes, des bouquetins, des mammouths, plus rarement des félins et des ours, des rhinocéros et des mégacéros, des oiseaux, des poissons –, ils ont mis au point des conventions figuratives, réinventées bien plus tard, comme la perspective, soulignant par exemple le décalage des membres ou des oreilles sur des silhouettes vues de profil. Dans cet art, l'animal est roi. Sur les parois, ce sont les animaux qui structurent les dispositifs, qui définissent des liaisons symboliques, entre eux et avec une multitude de dessins géométriques, les signes.

Les signes offrent une grande diversité de formes, des plus élémentaires – comme le point, le tiret, isolés, en paire, en alignement ou en nappe – aux plus complexes comme des quadrangulaires externes. Les signes élémentaires sont les plus courants et abondent dans l'art mobilier et pariétal des Magdaléniens. Les plus complexes, tels les rectangles cloisonnés d'Altamira et du Castillo, sont rares, propres à quelques sites ou ensembles mobiliers ; certains sont uniques, comme un signe en as de pique dans la grotte du Portel (Ariège). Ils sont l'expression identitaire des sociétés qui les produisent. Cela permet de distinguer des provinces dans l'art magdalénien (cantabrique, basque, pyrénéenne, périgourdine) et en leur sein des territoires dont les signes sont une des marques les plus patentes. Les liaisons spatiales établies entre des signes de différents types et avec les figurations animales de diverses espèces définissent des séquences, répétitives ou différenciées. Ce sont des formes graphiquement codées d'expression de significations, engendrées par leurs microcultures originelles, et de communication, soit définitivement immobilisée sur une paroi monumentale, soit transmissible à distance dans le cas des objets. L'art magdalénien, spectaculairement animalier, est donc profondément symbolique.

 […]
1 2 3 4 5

… pour nos abonnés, l'article se prolonge sur  2 pages…

Pour citer cet article

Denis VIALOU, « MAGDALÉNIEN ART  », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le  . URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/art-magdalenien/

Classification thématique de cet article :

 

Offre essai 7 jours

« MAGDALÉNIEN ART » est également traité dans :

ALTAMIRA
ART PRÉHISTORIQUE EUROPÉEN - (repères chronologiques)
GROTTES ORNÉES, préhistoire
Dans le chapitre "Les sites ornés paléolithiques"
GROTTES PRÉHISTORIQUES DATATION DES
Dans le chapitre "Datations pariétales et imprécision chronologique"
LASCAUX
Dans le chapitre "Architecture naturelle et dispositif pariétal"
MADELEINE ABRI DE LA, site préhistorique
Dans le chapitre "Le mammouth gravé de la Madeleine"
MARCHE GROTTE DE LA
MARGOT GROTTE
Dans le chapitre "Un sanctuaire de l'art paléolithique"
NIAUX GROTTE DE
PRÉHISTORIQUE ART
Dans le chapitre "Fonds technologique et cultures paléolithiques"

Afficher la liste complète (10 références)

 

Voir aussi

 

Accueil - Contact - Mentions légales
Consulter les articles d'Encyclopædia Universalis : 0-9 A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Consulter le dictionnaire de l'Encyclopædia Universalis
© 2014, Encyclopædia Universalis France. Tous droits de propriété industrielle et intellectuelle réservés.

chargement du média