BOUTIQUECONTACTASSISTANCE
Zone de recherche

AltasAuteursRecherche thématiqueDictionnaire

ARCHÉOLOGIE (Méthodes et techniques) L'archéologie sous-marine

1.  Techniques de l'archéologie sous-marine

L'invention du scaphandre autonome par Cousteau et Gagnan en 1943 et la rapidité avec laquelle son usage s'est répandu après 1945 ont été à l'origine de la plupart des découvertes d'épaves, de l'intérêt du public pour l'archéologie sous-marine et du développement qu'elle a connu. Le plongeur autonome est désormais l'ouvrier normal d'une fouille sous-marine. On sait que les risques d'accidents de décompression rendent impossible un séjour prolongé en eau profonde : d'après les tables légales françaises, un plongeur au travail ne peut rester immergé à 30 mètres de profondeur qu'un quart d'heure s'il veut remonter à la surface sans observer de palier de décompression. S'il reste une heure, il devra en remontant s'arrêter 15 minutes à 6 mètres de profondeur et 30 minutes à 3 mètres. Le temps que le chercheur, le dessinateur, l'archéologue peuvent passer sur un chantier sous-marin est donc très bref : c'est cette contrainte qui crée les plus grandes difficultés des recherches archéologiques sous-marines et en commande la technique.

La limite normale de la plongée à l'air est fixée à 60 mètres. Mais la plongée industrielle, en particulier sur les têtes de puits, se pratique maintenant couramment à 200 mètres de profondeur et plus, grâce aux techniques de plongée en saturation avec des mélanges hélium-oxygène. Infiniment plus coûteuses que la plongée sportive, ces techniques n'ont encore été utilisées que pour peu d'expériences archéologiques. En 1977 et 1978, l'American Institute of Nautical Archaeology et l'entreprise italienne Sub-Sea Oil Services passèrent un accord pour faire réaliser par les plongeurs de cette dernière, sous la direction d'archéologues américains, l'étude et la fouille partielle d'une épave datant de 300 avant J.-C., tombée sur une pente fortement inclinée entre 52 et 90 mètres de profondeur près des îles Lipari. Grâce à la mise en œuvre de moyens techniques importants, des résultats furent obtenus dans des con[...]

1 2 3 4 5

… pour nos abonnés, l'article se prolonge sur  12 pages…

 

Pour citer cet article

POMEY, TCHERNIA, « ARCHÉOLOGIE (Méthodes et techniques) - L'archéologie sous-marine  », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le  . URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/archeologie-methodes-et-techniques-l-archeologie-sous-marine/

Classification thématique de cet article :

  

Offre essai 7 jours

« ARCHÉOLOGIE SOUS-MARINE » est également traité dans :

ÉGYPTE ANTIQUE (Histoire) - L'archéologie
Dans le chapitre "Les époques tardives"
EMPEREUR JEAN-YVES (1952-    )
LA GLOIRE D'ALEXANDRIE (exposition)

  

Voir aussi

  

Accueil - Contact - Mentions légales
Consulter les articles d'Encyclopædia Universalis : 0-9 A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Consulter le dictionnaire de l'Encyclopædia Universalis
© 2017, Encyclopædia Universalis France. Tous droits de propriété industrielle et intellectuelle réservés.