BOUTIQUECONTACTASSISTANCE
Zone de recherche

AltasAuteursRecherche thématiqueDictionnaire

MERIAN ANNA MARIA SIBYLLA (1647-1717)

2.  Son voyage scientifique et son apport majeur à l’entomologie

En 1685, Maria Merian quitte Francfort et son mari, et, accompagnée de sa mère et de ses deux filles, rejoint Caspar Merian, son demi-frère, dans la communauté pieuse et monastique des labadistes (secte anabaptiste créée par Jean de Labadie), au château de Waltha dans la Frise (république des Provinces-Unies). Après la mort de son frère et de sa mère, elle va s’installer à Amsterdam en 1691. En 1699, à l’âge de cinquante-deux ans, elle décide de partir, avec sa plus jeune fille (Dorothea Maria), au Suriname, où elle séjourne, près de Paramaribo, dans une communauté religieuse. Là, Maria Merian observe le climat local, les usages des plantes et des animaux, le traitement des esclaves par les colons hollandais, et surtout la vie et la reproduction des insectes qu’elle traque jusque dans la jungle humide. Atteinte de la malaria, elle rentre à Amsterdam en 1701, rapportant nombre de plantes et animaux séchés ou conservés dans l’alcool, d’esquisses, de dessins et de peintures. En 1705, Maria Merian publie son œuvre majeure Metamorphosis insectorum surinamensium (« Métamorphoses des insectes du Suriname… », en latin et hollandais). Il s’agit de soixante planches (insectes et quelques vertébrés et invertébrés) accompagnées d’un commentaire de Caspar Commelin, alors directeur du Jardin botanique d’Amsterdam. Comme dans son livre concernant les chenilles, chaque planche de lépidoptères est organisée autour d’une seule plante hôte avec la représentation de la chenille, de la nymphe, du papillon en vol pour observer le dessus de l’animal, et du papillon au repos pour voir le dessous.

À la suite d’une attaque cérébrale, Maria Merian finit ses jours dans la pauvreté et meurt le 13 janvier 1717 à Amsterdam. Le jour de son décès, une part importante de son œuvre est achetée par un agent du tsar Pierre le Grand pour 3 000 guinées hollandaises. Cette même année, sa fille Dorothea Maria réédite le « Livre des chenilles » avec quelques variantes. Des éditions latines et françaises suivront.

Dans les années 1980, on redécouvre cette artiste et naturaliste, ses travau[...]

1 2 3 4 5

… pour nos abonnés, l'article se prolonge sur  1 page…

 

Pour citer cet article

Denis LAMY, « MERIAN ANNA MARIA SIBYLLA - (1647-1717)  », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le  . URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/anna-maria-sibylla-merian/

Classification thématique de cet article :

  

Offre essai 7 jours

« MERIAN ANNA MARIA SIBYLLA (1647-1717) » est également traité dans :

MERIAN L'ANCIEN MATTHÄUS (1593-1650)

  

Voir aussi

  

Accueil - Contact - Mentions légales
Consulter les articles d'Encyclopædia Universalis : 0-9 A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Consulter le dictionnaire de l'Encyclopædia Universalis
© 2017, Encyclopædia Universalis France. Tous droits de propriété industrielle et intellectuelle réservés.