BOUTIQUECONTACTASSISTANCE
Zone de recherche

AltasAuteursRecherche thématiqueDictionnaire
 

Philosophie grecque

Affiner votre recherche dans « Philosophie grecque » en sélectionnant un article.

Articles

ACADÉMIE ANTIQUE

Écrit par :  Jean-Paul DUMONT

Académie désigne le domaine situé dans le Céramique (faubourg des potiers, appelé joliment « Tuileries » par l'abbé Barthélemy), que Cimon avait orné des plus beaux platanes d' Athènes et où Platon fixa, vers 387 avant J.-C., l'école qui porta ensuite ce nom . Les orateurs Lycurgue, Hypéride et peut-être Démosthène ; des hommes politiques aux ...  Lire la suite
ANANKÈ

Écrit par :  Lucien JERPHAGNON

Le mot grec anankè veut dire « nécessité » (anankè estin, « il faut ») ; plus précisément, chez les poètes, les tragiques, les philosophes, les historiens, anankè évoque une contrainte, une nécessité naturelle, physique, légale, logique, divine... Ce nom personnifie la Nécessité comme ...  Lire la suite
APORIE

Écrit par :  Françoise ARMENGAUD

Terme appartenant à la philosophie grecque de l'Antiquité ; c'est la transcription littérale de aporia, dont le sens propre est « impasse », « sans issue », « embarras ». En philosophie, on peut lui donner un sens faible, comme le fait Aristote en insistant sur l'aspect de difficulté à résoudre, notamment lorsqu'il s'agit de la ...  Lire la suite
ASTRONOMIE

Écrit par :  James LEQUEUX

Dans le chapitre  L'astronomie grecque  L'astronomie grecque ...  Lire la suite

ATOMISME

Écrit par :  Jean GREISCH

Deux mille ans avant la naissance de la théorie atomique moderne, des penseurs grecs ont forgé la notion d' atome pour désigner les éléments premiers, insécables et indestructibles dont se compose toute réalité . La tradition voit dans Leucippe l'ancêtre mythique d'une philosophie qui, au ve siècle ...  Lire la suite
CATHARSIS

Écrit par :  Alain DELAUNAY

Dans sa Poétique , Aristote justifie la tragédie en lui attribuant un pouvoir de purification (katharsis) des passions du spectateur. Assistant à un tel spectacle, l' être humain se libérerait des tensions psychiques, qui s'extériorisent sur le mode de l'émotion et de la sympathie avec l'action représentée ...  Lire la suite
CATÉGORIES

Écrit par :  Fernando GIL

Dans le chapitre Plans de la pensée catégoriale Plans de la pensée catégoriale ...  Lire la suite

CROYANCE

Écrit par :  Paul RICŒUR

Dans le chapitre La « doxa » des Grecs : croyance et opinion La « doxa » des Grecs : croyance et opinion ...  Lire la suite

CYNISME

Écrit par :  Henri WETZEL

Cynisme : la philosophie n'a pas fait un concept pondéré de ce terme abstrait qui désigne une réalité aussi opaque que l'idée est immédiatement polémique. Comme l'indique son étymologie, c'est à l'histoire de la philosophie pourtant que l'on est d'abord renvoyé. Emprunté au latin de basse époque cynismus et dérivé du grec ...  Lire la suite
CYRÉNAÏQUE ÉCOLE (-Ve--IVe s.)

Écrit par :  Pierre HADOT

Groupe de philosophes qui tire son nom de Cyrène, d'où était originaire son fondateur, Aristippe, disciple de Socrate. Les principaux successeurs d'Aristippe furent : sa fille Arété (une des rares femmes philosophes de l'Antiquité) ; le fils de celle-ci, Aristippe Metrodidactos (c'est-à-dire le « Disciple de sa mère ») ; Hêgêsias Péisithanatos ...  Lire la suite
DE L'ÂME, Aristote

Écrit par :  François TRÉMOLIÈRES

Qu'est-ce que l'âme ? La question peut nous paraître incongrue, mais pour l'Antiquité elle était essentielle à la constitution d'une science du vivant (l' âme se définit comme ce qui « anime » un corps, au principe donc de ce qui distingue l'animal du végétal), et partant d'un savoir sur l'homme. Aussi le traité De l'âme (en ...  Lire la suite
DU BEAU, ENNÉADES I, 6 et V, 8, Plotin

Écrit par :  Daniel RUSSO

Plotin (205-270) a cinquante-neuf ans quand il rencontre Porphyre (234-305 env.), qui demeure avec lui pendant six ans et qui, après sa mort, réunit ses œuvres en cinquante-quatre livres, partagés en six Ennéades . Les passages sur le Beau et le Beau intelligible occupent respectivement ...  Lire la suite
ENNÉADES, Plotin

Écrit par :  François TRÉMOLIÈRES

Les Ennéades (de enneas, le chiffre neuf en grec) ne constituent pas à proprement parler une œuvre de Plotin (205-270), mais la bibliothèque plotinienne : c'est en effet le nom donné au rassemblement par Porphyre , après la mort du maître, de cinquante-quatre traités ou conférences d'importance variable, en ...  Lire la suite
FEU, élément

Écrit par :  Georges KAYAS

Au lieu de l'eau de Thalès et de l' air d'Anaximène, Héraclite d'Éphèse (~ 535-~ 475) pense que le principe de toutes choses est le feu, le Soleil lui-même n'étant qu'une mitraille incandescente. À ces trois éléments Empédocle ajoute la Terre. Dans la cosmogonie platonicienne (Le Timée), qui reprend et développe la théorie ...  Lire la suite
FRAGMENTS, Héraclite

Écrit par :  Francis WYBRANDS

De l'œuvre d'Héraclite (vie s.-ve s. av. J.-C.), il ne reste environ que quelque 130 fragments connus grâce à ceux qui, de Platon à Albert le Grand (xiiie siècle) en passant bien sûr par Diogène Laërce, le ...  Lire la suite
GRÈCE ANTIQUE (Civilisation) - L'homme grec

Écrit par :  André-Jean FESTUGIÈRE

Dans le chapitre La liberté du sage La liberté du sage ...  Lire la suite

IONIENS, philosophie

Écrit par :  Clémence RAMNOUX

Traditionnellement, on appelle « Ioniens » ou « premiers philosophes de la Grèce » un groupe de personnages ayant fleuri au vie siècle avant J.-C. dans les grandes cités côtières d'Asie mineure, singulièrement dans la ville portuaire de Milet et la cité de pèlerinage d'Éphèse. Après Aristote et ...  Lire la suite
LA RÉPUBLIQUE, Platon

Écrit par :  François TRÉMOLIÈRES

« J'étais descendu, hier, au Pirée avec Glaucon, fils d'Ariston » (ce dernier n'est autre que le père de Platon). Ainsi commence La République de Platon (428 env.-347 env. av. J.-C.) – en grec Politeia, « Du régime politique », ou Peri dikaiou, « Sur la justice » –, sans doute le plus ...  Lire la suite
LE BANQUET, Platon

Écrit par :  François TRÉMOLIÈRES

Sans doute le plus connu des dialogues platoniciens, Le Banquet (Sumpósion) ou Sur l'amour, rédigé vers 375 avant notre ère – soit, comme La République , Le Phédon et Le Phédre, durant la période dite de la maturité de Platon ...  Lire la suite
LETTRES, Épicure

Écrit par :  Francis WYBRANDS

Des nombreux traités que le Grec Épicure (341-270 av. J.-C.), un des auteurs les plus prolixes de l'Antiquité, écrivit sur la nature, il ne reste que trois lettres de présentation de sa pensée qui nous sont parvenues grâce au doxographe Diogène Laërce. Si étudier la nature est important, ce n'est pas tant en vue de constituer une science physique, ...  Lire la suite
LOGIQUE

Écrit par :  Robert BLANCHÉ, Jan SEBESTIK

Dans le chapitre La fin de l'Antiquité et le haut Moyen Âge La fin de l'Antiquité et le haut Moyen Âge ...  Lire la suite

LYCÉE, Antiquité

Écrit par :  Jean-Paul DUMONT

Dans le portique d' Athènes consacré à Apollon Lycéios, situé en bordure de l'Ilissos et orné par Périclès, Aristote s'installa pour professer et converser en se promenant avec ses disciples. De cette coutume vient aussi le nom d'école péripatéticienne dont on use pour désigner le Lycée (Λ́υκειον). Après Aristote, l'école eut à sa tête les ...  Lire la suite
MANUEL, Épictète

Écrit par :  François TRÉMOLIÈRES

Exclusivement oral, l'enseignement d' Épictète (50 env.-130 env.) nous est parvenu par l'intermédiaire de son disciple Arrien (105 env.-180 env.), qui nous a conservé des Entretiens et le Manuel : ce dernier est, avec les Pensées de Marc Aurèle , le plus connu et le plus lu des textes du ...  Lire la suite
MAÎTRES DE SAGESSE (Grèce antique)

Écrit par :  Luc BRISSON

Avant Platon , l'usage des termes philosophía, philósophos et philosopheîn semble avoir été très rare, compte tenu du petit nombre de textes antérieurs au ive siècle qui nous sont parvenus. Les rares occurrences qui en subsistent présentent ...  Lire la suite
MYTHE - Mythos et logos

Écrit par :  Clémence RAMNOUX

Avant l'âge classique de la Grèce, à l'âge qu'on appelle « archaïque », le mythos et le logos qualifié de hiéros ne s'opposent pas. L'un et l'autre semblent avoir désigné un « récit sacré » concernant les dieux et les héros. Les sanctuaires officiels et secrets possèdent chacun sa ...  Lire la suite
MÉGARIQUE ÉCOLE

Écrit par :  Olivier JUILLIARD

Du chef de l'école de Mégare, Euclide, aucun texte ne nous est parvenu ; l'enseignement du maître et celui de ses successeurs à la tête de l'école, Eubulide, Alexinus, Diodore Cronos , nous sont seulement connus par des allusions et des critiques de Platon , d' Aristote , de Diogène Laërce et d'Aristoclès. On sait de façon certaine qu'Euclide ...  Lire la suite
MÉTAPHYSIQUE

Écrit par :  Ferdinand ALQUIÉ

Dans le chapitre L'Antiquité L'Antiquité ...  Lire la suite

NÉO-PLATONICIENNE D'ATHÈNES ÉCOLE

Écrit par :  Henri Dominique SAFFREY

À l'intérieur du vaste mouvement philosophique que l'on désigne globalement sous le nom de néo-platonisme et qui se développe du iiie au vie siècle après J.-C., on distingue des écoles diverses. Fondé à Rome par Plotin , qui y enseigne de 245 à 270, et ...  Lire la suite
ONTOLOGIE

Écrit par :  Paul RICŒUR

Dans le chapitre Métaphysique et ontologie Métaphysique et ontologie ...  Lire la suite

ORGANON, Aristote

Écrit par :  François TRÉMOLIÈRES

Dans l'œuvre immense qui nous reste d' Aristote (385 env.-322 av. J.-C.), ou qui est publiée sous son nom , on peut distinguer trois ensembles : les écrits qui relèvent directement de la connaissance scientifique (dont De l'âme ) ; ceux qui traitent plutôt des conduites humaines (dont l'Éthique à  ...  Lire la suite
PHYSIS

Écrit par :  Pierre AUBENQUE

Physis (ϕ́υσις) est un des concepts fondamentaux de la philosophie grecque. Les Romains l'ont traduit par natura, mais le concept moderne de nature s'est trouvé engagé dans un certain nombre d'emplois, et surtout dans une série d'oppositions (nature et esprit , nature et grâce, nature et liberté , etc.), qui risqueraient de ...  Lire la suite
PHÈDRE, Platon

Écrit par :  François TRÉMOLIÈRES

Écrit vers 370 avant J.-C., le Phèdre (Phaidros) marque le point culminant de la polémique (implicite) de Platon (428 env.-347 env. av. J.-C.) à l'égard d'Isocrate, l'auteur de Contre les sophistes (parmi lesquels il incluait les platoniciens) et fondateur d'une école de rhétorique , ...  Lire la suite
PHÉDON, Platon

Écrit par :  François TRÉMOLIÈRES

Le Phédon, ou Sur l'âme (Phaîdon è Peri psukhès) appartient, avec La République , le Phèdre et Le Banquet , à l'ensemble des œuvres dites de la maturité de Platon (428 env.-347 env. av. J.-C.) . Phédon y ...  Lire la suite
POÈME, Parménide

Écrit par :  Francis WYBRANDS

Les difficultés liées à l'interprétation des 155 hexamètres qui nous sont parvenus du Poème de Parménide d'Élée (— 500 env.-— 440) , intitulé aussi De la nature , conjuguent à la fois les problèmes liés à la philologie et les questions propres à la philosophie . « Notre père Parménide », comme Platon ...  Lire la suite
PYTHAGORE (-580?-? -500) ET PYTHAGORISME

Écrit par :  Marcel DETIENNE, Daniel SAINTILLAN

Il n'est guère, dans l'Antiquité, de figure plus mystérieuse que celle de Pythagore , ni qui ait posé de problèmes plus embarrassants aux historiens . Il passe pour n'avoir rien écrit, et sa pensée ne fut sans doute connue jusqu'à l'époque de Socrate que par une tradition orale, elle-même entourée de secret. Les documents qui permettent de la ...  Lire la suite
RAISON

Écrit par :  Éric WEIL

Dans le chapitre La raison et l'expérience La raison et l'expérience ...  Lire la suite

SOCRATE (-469--399) ET ÉCOLES SOCRATIQUES

Écrit par :  Jacques BRUNSCHWIG

Socrate n'est pas un philosophe parmi les autres ; il est le totem de la philosophie occidentale. En chaque pensée qui s'éveille et s'interroge, il revit ; en chaque pensée qu'on humilie ou qu'on étouffe, il meurt à neuf. La place exceptionnelle qu'il tient dans notre culture est celle du héros fondateur, du père originaire, qui s'enveloppe dans ...  Lire la suite
SOPHISME

Écrit par :  Françoise ARMENGAUD

Transcription du grec sophisma, désigne l'artifice de langage dont usait le sophiste de l'Antiquité, le raisonnement trompeur ou embarrassant pour l'interlocuteur, l' argumentation fallacieuse, voire la faute de raisonnement. Primitivement, c'est le tour d'adresse ingénieux, la prestidigitation habile dans l'ordre du langage : ...  Lire la suite
SOPHISTIQUE

Écrit par :  Jacques BRUNSCHWIG, Barbara CASSIN

La sophistique est d'abord ce mouvement de pensée qui, à l'aube présocratique de la philosophie , séduisit et scandalisa la Grèce entière. Hegel qualifie les premiers sophistes, dans l' Athènes de Périclès, de « maîtres de la Grèce » : au lieu de méditer sur l' être comme les Éléates , ou sur la nature comme les physiciens d'Ionie, ils choisissent ...  Lire la suite
STOÏCISME

Écrit par :  Jacques BRUNSCHWIG, Urs EGLI

Contrairement à la plupart des doctrines philosophiques, le stoïcisme ne tire son nom ni de celui de son fondateur, comme le platonisme, ni de celui de son concept central, comme l'existentialisme, mais simplement de celui de l'endroit où sa voix s'est fait entendre pour la première fois : c'est au Portique des peintures, à la Stoa  ...  Lire la suite
ÉLÉATES (-VIe--Ve s.)

Écrit par :  Universalis, Henri Dominique SAFFREY

L'école d'Élée reste, en Occident, une source d'inspiration pour les philosophes qui professent le primat de l' être sur le devenir . Son plus illustre représentant, Parménide, n'enseigna sans doute pas le rigoureux monisme ontologique que parfois on lui attribue. Sa polémique contre l'héraclitéisme l'a probablement entraîné à exprimer en des ...  Lire la suite
ÉLÉMENTS THÉORIES DES

Écrit par :  René ALLEAU

Dans le chapitre Les alchimistes d'Alexandrie Les alchimistes d'Alexandrie ...  Lire la suite

ÉPICURISME

Écrit par :  Geneviève HÉBERT

Dans la conscience commune, l'épicurisme souffre d'un malentendu. Il serait par excellence une philosophie du plaisir , un hédonisme , et l'épicurien un jouisseur, au mieux un bon vivant, au pire un débauché. Or, s'il fait l'éloge du plaisir, c'est dans le cadre d'un ascétisme raisonné. Une analyse rigoureuse des plaisirs véritables conduisait en ...  Lire la suite
ÉTHIQUE À NICOMAQUE, Aristote

Écrit par :  François TRÉMOLIÈRES

Le corpus aristotélicien comprend traditionnellement trois ensembles consacrés à la philosophie morale : l'Éthique à Nicomaque, l'Éthique à Eudème et la Grande Morale, ou Grands Livres d'Éthique, dont l'attribution à Aristote (385 env.-322 env. av. J.-C.) est aujourd'hui très contestée. ...  Lire la suite
ÊTRE, philosophie

Écrit par :  Giulio GIORELLO

Dans le chapitre L'être dans la pensée grecque L'être dans la pensée grecque ...  Lire la suite

Accueil - Contact - Mentions légales
Consulter les articles d'Encyclopædia Universalis : 0-9 A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Consulter le dictionnaire de l'Encyclopædia Universalis
© 2017, Encyclopædia Universalis France. Tous droits de propriété industrielle et intellectuelle réservés.